RDC: "Présidentielle 2023", Moïse Katumbi C'est fini ?

Moise Katumbi. Ph. Tiers

Le projet de loi sur la congolité a été déposé jeudi par un député de l'Union sacrée au bureau de l'Assemblée nationale, pour y être débattu lors de la prochaine session parlementaire. Mais, cette initiative divise la classe politique, même les partisans du président Félix Tshisekedi .

Initié  par l'ancien candidat à la présidentielle de décembre 2018, Noël Tshiani Muadiamvita, ce controversé projet vise à réserver exclusivement aux Congolais nés de père et de mère l'accès à la plus haute fonction de l'État, Alors que la constitution congolaise reconnaît  en son article 10, la Nationalité d’origine, dès la naissance de l’enfant en considération de deux éléments de rattachement de l’individu à la RDC , entre autres  sa filiation d’un ou de deux parents congolais, ( son appartenance aux groupes ethniques qui fondent l'existence du pays. 

Pour certains observateurs, ce projet discriminatoire vise à écarter certains candidats potentiels à la prochaine présidentielle dont Moïse Katumbi. Les partisans de l'ancien gouverneur  manifestent  pour dénoncer un plan contre leur leader. "Soit cette proposition est retirée, soit nous nous retirerons de l’Union sacrée", a menacé Olivier Kamitatu, directeur de cabinet du président d'Ensemble pour la République. 

L'ex-président de l'Assemblée nationale tout comme son parti politique  appelle  par ailleurs à une mobilisation générale pour empêcher l'examen de cette proposition de loi qui n'a rien d'empêchement pour les candidats Président selon Gabriel Kyungu, leader de l'UNAFEC. Pour lui, aucun candidat ne peut l'emporter face au président actuel.

« Élections, parlons-en de 2023. Mais écoutez, qui d'abord a peur des élections ? Parce que je dois vous dire que si ces élections de 2023 avaient lieu aujourd'hui, personne ne battrait Félix Tshisekedi. Mais alors personne », a-t-il lancé à Lubumbashi.  

Le sujet suscite débat, Dans la société civile, les avis sont également partagés.  Pour les uns, "La souveraineté de la RDC pour lesquels Patrice Lumumba est mort, ne se négocie pas. Ne peuvent accéder aux fonctions de souveraineté que les Congolais nés des pères et mères congolais.

Et pour Bienvenu Matumo : "Tout bon citoyen doit s’opposer à la proposition de loi sur la congolite. "Les lois exclusives et discriminatoires ne peuvent pas être acceptées par les bons citoyens considérant la fragilité du pays ."

En attendant l'examen et le débat général de ladite proposition de loi Tshiani, le USA et La représentante  spéciale du SG des Nations Unies en RDC  haussent le ton ,ils fustigent que cette   question sur la nationalité  risque de créer des tensions  énormes.

Patrick Félix Abely 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *