RDC/Pollution des rivières Kasaï et Tshikapa: Voici les actions à poser de manière urgente

Vue de la pollution de la rivière Kasaï. Ph de tiers

Le Centre de recherche en ressources en eau du bassin du Congo (CRREBAC) de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) a, dans un rapport rendu public ce jeudi 19 août énuméré un bon nombre d'actions qu'il faut, selon elle, poser de manière urgente pour mettre la population riveraine des rivières Kasaï et Tshikapa à l'abri du danger après pollution de des eaux de celles-ci.

Cette structure propose entre autres, de se rassurer de l’arrêt immédiat des rejets de polluants dans les rivières à partir de la source en Angola, d’établir un plan de mesures hydrodynamiques et d’échantillonnage d’eau, des sédiments et de la biodiversité aquatique en amont et en aval de la station en vue de déterminer l’ampleur de la charge polluante.

A celle-ci, il faut ajouter :

  • Évaluer l’impact socio-économique et environnemental de la pollution et proposer des mesures d’atténuation et de réparation ;
  • Renforcer la capacité opérationnelle de la station de surveillance du Centre de recherche en ressources en eaux du Bassin du Congo et dupliquer ce modèle sur d’autres points sensibles, notamment les zones d’exploitations minières et industrielles ;
  • Mettre en œuvre une stratégie de communication pour mieux informer les communautés riveraines à des fins de sensibilisation et de sécurité.

Cette même étude renseigne qu’environ deux millions de personnes sont exposées aux risques de la pollution, et les conséquences préliminaires sont les suivantes :

  • La pollution des eaux ;
  • La perturbation de la pêche ;
  • L’intoxication et la perte de la faune et la flore aquatique ;
  • Les maladies d’origine hydrique pour les populations riveraines ;
  • Le manque d’accès aux services d’eau à usage domestique et de récréation.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *