RDC: Plus de 37% de dépenses effectuées en procédure d'urgence, Félix Tshisekedi préoccupé

Félix Tshisekedi, président de la République Démocratique du Congo/ photo presse présidentielle

Le chef de l'État de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a présidé, le vendredi, 14 août 2020 à Kinshasa, le 44ème conseil des ministres ordinaires de son quinquennat par vidéo conférence en vue de limiter la propagation du coronavirus dans le pays.

Lors de cette réunion avec les membres de son Gouvernement, le président de la République a tapé du poing sur la table pour interpeler les acteurs de la chaîne de la dépense publique à veillez au respect des procédures en la matière.

Selon le compte-rendu fait par le ministre de la communication et médias, David Diwompovesa Makelele, le numéro un congolais n'a pas hésité de faire le lien entre le décaissement des fonds en procédure d'urgence avec la dépréciation du franc congolais sur le marché.

"Quant aux dépenses en urgence dans l’exécution du budget 2020, le
Président de la République a rappelé que la résolution adoptée récemment par le Gouvernement, relative aux mesures visant à
accroître la mobilisation des recettes duTrésor Public, relève de sa détermination à veiller à ce que le Gouvernement exerce une gestion des Finances publiques optimale et rigoureuse dans le volet des
recettes", a fait savoir le porte-parole du Gouvernement congolais.

"C’est l’occasion pour lui d’encourager les Régies Financières dans l’application stricte des mesures gouvernementales" a-t-il poursuivi avant de préciser que c'était dans le même ordre d’idée, que le Chefde l’Etat a demandé que l’exécution des dépenses de l’Etat soit réalisée dans les trictres respect des procédures standards de la chaine de dépense.

"En effet, il lui a été donné de constater malheureusement que le niveau des dépenses opérées en mode d’urgence représente au 10
août 2020, 37% des dépenses totales hors rémunérations, dans le
budget de l’exercice 2020.
En outre, ces dépenses en urgence sont souvent payées en espèces,
et par conséquent échappent aux circuits bancaires établis, ce qui
entraine une surchauffe sur le marché de change et conduisent à la
dépréciation du Franccongolais", révèle David Diwompovesa Jolino Makelele.

Pour tenter de colmater la brèche, Félix Tshisekedi n'est pas allé par le dos de la cuillère et a instruit les ministres concernés à prendre toutes les dispositions nécessaires pour arrêter cette situation.

"Cette situation de paiement des dépenses en mode d’urgence qui
constitue certes une procédure exceptionnelle régie par les textes, si on n’y prend garde, risque d’instituer la primauté du mode exceptionnel dans le paiement des dépenses publiques ne respectant
pas les étapes de la chaîne de la dépense par rapport à la norme standard assurant la transparence dans l’exécution du budget.
C’est pour quoi le Chef de l’Etat a instruit le Premier Ministre deveiller
à ce que le niveau des dépenses payées en procédure d’urgence soit
fait dans la limite des standards internationaux. Il a également instruit le Ministre des Finances à arrêter sans délai le paiement des dépenses hors chaine, sauf en cas de besoins dûment approuvés de l’Etat", a rassuré le ministre de la communication et médias du Gouvernement congolais.

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2019, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a fait de l'assainissement des finances publiques son cheval de bataille. Il a, pour ce faire, renforcer le contrôle sur les chaînes de dépenses et des recettes en vue de rationaliser la traçabilité des fonds alloués aux services publics.

José-Junior Owawa