RDC : Plus de 1.500 civils tués dans les provinces de l’Est entre 2019 et 2020 (HRW)

Un soldat congolais en patrouille dans le village de Manzalaho, près de Beni, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), le 18 février 2020, après une attaque du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF)afp.com - Alexis Huguet

Selon le nouveau rapport de l’organisation Human rights watch consulté par Election-net.com ce jeudi 14 janvier 2021, la situation sécuritaire à l’Est du reste toujours caractérisée par des tueries.

En effet, le Baromètre sécuritaire du Kivu, cité par HRW, a documenté la violence dans l’est de la RD Congo, des assaillants, dont les forces de sécurité de l’État, ont tué plus de 1 500 civils et enlevé contre rançon plus de 570 autres dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.

Cependant, il est rappelé dans ce rapport que les violences se sont intensifiées dans certaines régions de la province de l’Ituri, où des tueries ont été perpétrées sans relâche.

En même temps, l’on révèle que les forces de sécurité congolaises ont mené des opérations simultanées contre des groupes armés dans l’est de la RD Congo, avec des résultats mitigés et parfois en se servant de milices comme force auxiliaire dans leur lutte contre d’autres groupes.

En outre, il a été mentionné que le territoire de Beni, au Nord-Kivu, est également resté un épicentre de la violence, avec au moins 645 civils tués dans plus de 165 attaques commises par différents groupes, dont les ADF.

Enfin, elle n’a pas été oubliée la tension dans les hauts plateaux du Sud-Kivu, restée élevée, où les combats entre groupes ethniques se sont intensifiés, faisant au moins 128 morts parmi les civils de février 2019 à juin 2020.

Prince Bagheni, à Goma