RDC/Ouverture session parlementaire : Thambwe Mwamba pour la création d’un compte spécial pour les élections de 2023

Le président du sénat, Alexis Thambwe Mwamba, lors de l'ouverture de la session ordinaire de mois de septembre. Ph Cellcom Sénat.

Ecouter cette information

C’est vers 11h30 de Kinshasa que la session ordinaire du mois de mars a été ouverte au sénat congolais, par son président, le sénateur Alexis Thambwe Mwamba. Une session essentiellement budgétaire qui va également s’occuper des questions politiques pendantes.

Après avoir observé une minute de silence en mémoire des élèves  tués à l’Est mais aussi des massacres de la paisible population par les rebelles Codeco dans l’Ituri, le président de la chambre haute a rappelé les questions d’insécurité dont les élus du peuple ont été victimes lors de la session précédente du mois de mars. Il a, à cet effet demandé aux autorités compétentes d’assurer la sécurité des sénateurs et députés. Il a aussi demandé à ce que le siège du parlement soit suffisamment sécurisé.

A lire aussi:  RDC: “ Je ne suis pas un agneau “ Général John Numbi

En ce qui concerne les élections à venir, Alexis Thambwe Mwamba a appelé à la création d’un compte spécial pour les élections de 2023 ! Pour lui, ce compte qui sera dénommé” Élection 2023” permettra d’éviter toute forme d’impréparation souvent observée dans la mobilisation des recettes qui doivent servir à financer les scrutins.

« Quant au montant à y déposer, il sera déterminé selon les besoins et prévisions budgétaires qui seront présentés par la nouvelle équipe de la Commission Nationale Électorale et Indépendante, CENI ».

ATM a également évoqué la question de la péréquation en ce qui concerne les provinces, notamment la rétrocession. Il a invité la commission Ecofin à se pencher spécialement sur ce dossier pour trouver des solutions.

A lire aussi:  Sur l’adhésion de la RDC à l’EAC: ''Tout semble réglé et je ne pense pas qu’un pays s’oppose à cela'' Kagame

Face aux abus du pouvoir, Alexis Thambwe Mwamba a appelé aux concertations permanentes entre le Chef de l’Etat et les responsables des institutions en cas de malentendu. Et ce, dans le respect du pouvoir des uns et des autres.

Le numéro des sénateurs a, enfin appelé ses collègues à s’abstenir de relayer les fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux car n’étant pas des sources fiables et crédibles.

LIÉVIN LUZOLO