RDC-Médias : l’OLPA interpelle l’assemblée nationale

Vue de l' Assemblée Nationale de la RDC. Ph. Tiers

Dans une déclaration lue le jeudi 15 juillet 2021 par son secrétaire exécutif Kabongo Mbuyi, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique ( OLPA ) tire la sonnette d’alarme à l’assemblée nationale sur son indifférence manifeste à tenir compte de la désignation des animateurs du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication ( CSAC), une des institutions d’appui à la démocratie, ne se penchant qu’à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

L’OLPA s’indigne de constater que les acteurs souci-politiques se penchent uniquement sur l’organisation de la CENI, fermant délibérément les yeux sur celle du régulateur public des médias.

Pour cette structure africaine, « cette institution ( le CSAC) est très capitale et ne peut être négligé comme nous le constatons actuellement.»

L’occasion faisant le larron, l’Observatoire fustige également l’attitude des médias locaux et des journalistes congolais qui préfèrent que d’autres sujets très politisés comme la « proposition de loi sur la nationalité d’origine du futur président de la République lancée par Noël Tshiani ou encore la désignation des animateurs de la CENI » passent au premier plan alors que celui du CSAC reste sous les pupitres.

S’opposant à la désignation en cascade et dans la précipitation des membres du CSAC, l’OLPA exige que cette question soit traitée convenablement par le parlement et les organisations corporatives.

Crée officiellement depuis le 10 janvier 2011 lors de la promulgation de la loi organique portant composition, attribution et fonctionnement, les animateurs du CSAC n’ont depuis, soit jamais été reconduits ou remplacés dont un bon nombre d’entre eux ont d’ailleurs tiré révérence.

Rappelons que le CSAC a pour mission de garantir et dasssurer la liberté et la protection de la presse, ainsi que de tous les moyens de communication de masse dans le respect de la loi et veille également au respect de la déontologie en matière d’information et à l’accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens aux moyens officiels d’information et de communication.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *