RDC: massacres continus des populations civiles en Ituri, un plan de l’épuration ethnique ?

Bunia, District d'Ituri, Province orientale, RDC Congo. Ph Mohammed S

Ecouter cette information

Qui en répondra ? Question de responsabilité.

Depuis Décembre 2017, les massacres à grande échelle de la population civile  dans leurs propres villages et de façon minutieusement méthodique continue sans répit jusqu’à nos jours.

Plus de 5000 morts, plusieurs fosses communes, Destruction et incendies des nombreux villages, déplacements massifs de la population, constitution de plusieurs sites des déplacés avec des personnes très appauvris et malnutrie.

Des hommes lourdement armées des machettes et des armes à feu de différents types, appartenant à la milice Lendu de CODECO venant des villages Lendu continuent à commettre des crimes de grande envergure contre d’autres communautés et plus principalement les Hema, sans que l’Etat ne déploie les efforts suffisants pour arrêter cela.

Les criminels viennent le soir, la nuit, le matin, la journée, nombreux armés lourdement.

Ils encerclent les villages où ils ont prévu massacré, embusquent le chemin par les quels les gens peuvent s’échapper, tuent les gens  à l’intérieur des maisons, ou dans la cours, ils découpent  les gens à petit morceaux, éventrent les femmes enceintes tuent les bébés, parfois ils jettent dans le feu ou alors ils mangent, où ils jettent les corps découpé dans la brousse ou dans les cours d’eau cas échéant.

A lire aussi:  RDC: “Trouver une garde derrière un individu sur la piste de danse…et en manquer pour les populations, … ” Jean-Baptiste Kasekwa

 À qui la protection et défense de la population congolaise ?

La responsabilité de protéger la population et ses biens revient à l’Etat.

Les élections de 2018, nous ont dotées des nouvelles instituions et les promesses ont été fermement faites avant et après les élections pour faire de la paix une réalité.

Le peuple attend toujours cette paix et pour le moment ceux qui règnent, ceux qui profitent, ceux qui travaillent, des plénières se tiennent au niveau de l’Assemblée provinciale de l’Ituri  et au niveau du Parlement, les conseils des ministres se tiennent, les militaires congolais sont toujours massivement déployés à l’Est, les services des renseignements  existent et les éléments de la police installés,…

Et pendant ce temps,  les communautés victimes, sont froidement massacrés et cela ne préoccupe la Communauté nationale ni Internationale. Les communautés victimes de massacre et se voit comme une communauté laisser pour compte, abandonnée et livré à l’extermination au sus et aux vues  de tous, même de la communauté internationale représentée par la MONSUCO.

A lire aussi:  Sud-Kivu/Respect des mesures barrières : les habitants victimes de tracasseries policières

Les communautés comme : Alur, Ndo-Okebo, Nyali, Mambisa, sont juste attaqué pour dissimiler et diluer le rapport des Nations Unies qui avait qualifié ce qui se passe à Djugu comme une tentative de génocide qui vise particulièrement la communauté Hema.

Partant de ce qui est décrit ci haut, nous recommandons ce qui suit :

Que le pouvoir judiciaire travaille efficacement pour décourager et corriger ces criminels organisé afin de ne friser un génocide d’État contre un peuple (c’est à dire un génocide où l’État  au pouvoir serait complice. 

A La Justice de mener les enquêtes approfondies afin d’arrêter les coupables et les traduire en Justice pour qu’ils répondent de leurs actes,

A La communauté internationale d’éviter d’être spectatrice des crimes qui se commettent sous ses barbes.

D’évaluer pour voir ce qu’elle n’a pas pu faire pendant son mandat pour que ces crimes s’arrêtent.

Un lecteur de l’Ituri