RDC /manifestation : Le gouvernement répond au FCC et CACH et ignore Lamuka

Gilbert Kankonde, VPM

« Aucune marche n'est autorisée sur toute l'étendue du territoire national jusqu’à la fin de l’etat d’urgence sanitaire » Gilbert Kakonde.

Après plusieurs tergiversations, le gouvernement de la RDC a tranché sur la question des marches prévues ce jeudi 09 juillet dans plusieurs ville de Kinshasa. Selon le Vice premier ministre et ministre de l’intérieur Gilbert Kakonde, la décision de l’exécutif a été prise après entretien avec les responsables des partis politiques et des mouvements associatifs.

Le gouvernement reste dans la logique du respect de l’état d’urgence sanitaire et des mesures y afférentes.

" En application de l’état d’urgence décrété par son Excellence monsieur le président de la République, Chef de l’Etat ainsi que des mesures de ripostes s’y rapportant, il est formellement interdit d’organiser des marches publiques sur toute l’étendue du territoire national » a déclaré le patron de la territoriale.

Le gouvernement invite par ailleurs les leaders des plateformes CACH et FCC leurs militants respectifs à s’abstenir des marches programmées dès ce jeudi 09 juillet 2020. Mais aussi d’entamer urgemment des discussions politiques sur des questions de l’heure qui les divisent.

Le gouvernement a également instruit la police à veiller scrupuleusement « au respect des mesures d’interdiction des marches publiques durant toute cette période d’état d’urgence sanitaire » a dit le Vice- premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières.

Cette rencontre qui s’est déroulée à la primature a connu la participation du premier ministre, le vice premier ministre et ministre de l’intérieur, le ministre d’état en charge de la décentralisation, le ministre de La Défense nationale, le gouverneur de la ville de Kinshasa a été associé ainsi que les hauts dirigeants de la police.

Dans son compte rendu, Gilbert Kankonde n’a pas fait mention des partis de l’opposition avec lesquels il s’est entretenu dans la journée.

Mais sur terrain, les Etat- majors des partis politiques continuent de se mobiliser. les manifestants pro ou anti Malonda signent et persistent qu'ils seront dans la rue pour dire oui ou non à l’entérinement de Ronsard Malonda par la chambre basse du parlement comme candidat à la présidence de la commission électorale nationale indépendante.

ADK