RDC/Lutte contre la corruption : IGF, le plus grand succès du mandat de Félix Tshisekedi

Entrée du bureau de l'IGF à Kinshasa. Ph. Illustration

“La peur au ventre dans les entreprises publiques! C’est le climat quasi général qui y règne depuis que l’IGF tourne désormais à plein régime…”, indique un analyste indépendant de la classe politique congolaise et de son système économique.

D’après ce dernier, l’Inspection Générale des Finances (IGF), dirigé par l’Inspecteur général Chef de service, Jules Alingete Key, est là meilleure structure réactivée par le président Tshisekedi, afin de traquer les fossoyeurs de deniers publics.

“J’ai envie de dire que cela représentera sans doute le plus grand succès du mandat du 5ème! D’abord amener les gestionnaires publics à réaliser que l’épée de Damoclès est suspendue sur leurs têtes, prête à frapper à tout moment! Ainsi, les mains de ceux qui gèrent les fonds de l’État doivent trembler”, indique-t-il.

Pour cet analyste, le régime actuel, pose des jalons d’un état de droit. Il souhaite que le travail abattu par l’IGF dans les entreprises publiques, soit le même dans les cours et tribunaux, dont les magistrats sont souvent soupçonnés de corruption.

“Ensuite, après le travail de l’IGF, aussitôt devrait suivre – on ne le dira jamais assez – celui des cours et tribunaux! Le pouvoir post-Kabila pose donc, tant bien que mal, les jalons d’un État de droit; ceux qui viendront demain devraient faire encore mieux… Juger sans complaisance ni parti pris les prédateurs de la République, d’où qu’ ils viennent!”.

Et d’ajouter :

“Car le peuple observe et constate que les proches du Prince ne sont pas toujours frappés avec la même rigueur…”

Il en appelle, enfin, aux enquêtes sur la gestion de fonds covid19 de la première, deuxième mais aussi troisième vague.

Liévin LUZOLO