RDC: les sénateurs ont examiné le projet de loi portant transplantation d’organes de tissus et de cellules du corps humain

Le bureau du sénat. Ph cellcom sénat

Une plénière consacrée à l’examen de la proposition de loi sur la transplantation d’organes, des tissus et des cellules du corps humain initiée par le sénateur KAUMBA. D’entrée de jeu, l’assemblée plénière, sur demande de l’honorable président du sénat, a fait observer une minute de silence en mémoire des Congolais qui ont perdu la vie dans un naufrage sur le lac Albert et à Beni.

Juste après, la plénière a suivi la motion d’information de l’honorable MAFWUA sur la situation préoccupante dans la province de Maï-Ndombe, situation faisant état des présumés détournements des deniers publics. Le président du sénat a exhorté l’auteur de la motion d’initier une Mission d’enquête pour tirer au clair cette situation qui témoigne à juste titre l’opacité dans la gestion des provinces.

Ensuite, l’assemblée plénière a suivi également la lecture des procès verbaux des séances précédentes, par le rapporteur du sénat. Ce dernier a également informé la plénière du retour des sénateurs de l’Ituri à la plénière. Ils avaient suspendu leurs participations suite à la situation préoccupante dans leurs provinces.

L’assemblée plénière a suivi également la motion incidentielle de l’honorable Batumoko au sujet de la réintégration de Willy Bakonga. La question a été transmise à la commission PAJ du sénat pour ajustement. Et dans la foulée, le mandat de l’honorable Reagan Bakonga a été suspendu et il lui a été demandé de ne plus siéger comme sénateur participant aux plénières. Le temps pour la commission d’examiner son recours demandant l’annulation de la réintégration de son frère, l’ancien ministre, Willy Bakonga.

S’agissant de l’économie de la loi sur la transplantation d’organes de tissus et de cellules du corps humain. L’initiateur de la proposition a commencé par éclairer la religion de ses collègues sénateurs sur le fait que la loi interdit tout trafic du sang. Sa proposition de loi vise à mettre sur pied une législation spéciale là où la loi sur la santé Publique ne donne aucune indication.

Ensuite s’en est suivies les interventions des plusieurs sénateurs. À l’unanimité, ils ont salué cette proposition des lois qui reste inédite. Mais beaucoup ont proposé la reformulation et la restructuration de la proposition de loi. Son auteur a sollicité un délai raisonnable pour rencontrer les préoccupations soulevées par les sénateurs .

Election-net.com/cellcom sénat