RDC : Les réformes électorales suscitent une controverse

Vue du siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Kinshasa, le 10/05/2018 pour la sensibilisation des électeurs. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Dans une déclaration ce 09 juin, le G13 désapprouve les réformes électorales menées à l'assemblée nationale. Hormis le retard observé dans cette démarche, le G13 note à ce stade qu'aucune indication majeure de la réelle volonté de changer la cour de chose n'est à signaler.

En outre, cette structure doute de l'organisation des élections en 2023 dans le délai constitutionnel avec cet état des choses en République démocratique du Congo (RDC)

" A 876 jours du délai constitutionnel de la convocation des scrutins pour 2023, le G13 reléve le retard accumulé dans la préparation des élections menace, si l'on n'y prend garde, sérieusement la perspective de la tenue effective dans les délais constitutionnels des élections en 2023 et ce, compte tenu de l'ampleur des opérations préélectorales et électorales à réaliser" peut-on lire dans ce communiqué de presse.

Le G13 estime qu' " à l' analyse du travail de l'assemblée nationale, aucune leçon n'a été tiré du passé. Les grandes options de la réforme n'ont pas été retenues dans le texte adopté par l'Assemblée nationale .

" Les hommes politiques qui seront désignés, s'activeront comme dans le passé à subordonner la mission de la centrale électorale à celle de leurs parts politiques au détriment de la neutralité, de la transparence, de la crédibilité et la liberté des scrutins", déplore le G13.

La loi sur les réformes électorales a été envoyée au niveau au sénat pour une seconde lecture .Lors d'une discussion entre les sénateurs et le président Félix Tshisekedi, la question des réformes électorales avait été abordée.

Joël Mesa Nzuzi