RDC : “L’élève et le policier à Beni”, poème de Magloire Paluku

Sit-in nocturne des élèves devant l'hôtel de ville de Beni pour rappeler au président Félix Tshisekedi d'honorer sa promesse de s'installer dans la ville

Le sage de la sagesse est le plus petit des massacrés
Revendiquant son droit de survie, la mort s’est sacrée
En ces temps là , les nations échouèrent
Des enfants en uniformes décidèrent.
Un écolier mis en prison retrouva son geôlier
L’élève lui tint un langage d’allié choyé :

-Papa policier, si j’étais ton enfant tu allais m’arrêter ?

  • Mes enfants élèves, sont en classe pas à la mairie, petit
  • As-tu dans ta famille quelqu’un de kidnappé ?
  • Je ne suis pas d’ici et si je l’étais, je ne serai pas ici
  • Papa Policier, les enfants de l’Est sont-ils Congolais ?
  • Non et Oui. Ils sont de l’Est dans un Est décomposé
    -Papa Policier, pourquoi tu as frappé l’enfant orphelin ?
    -Un enfant de Beni n’est pas orphelin, il est manipulé
    -Et la maman injuriée en plein jour, en plein chemin ?
    -Ces femmes de Beni ne sont pas mamans, elles sont rebelles
    -Non papa policier, elles sont victimes des cruelles
    -Petit, dis à tes parents de quitter les groupes armés
    -Mais papa policier, mes parents sont morts non armés
    -Petit enfant, vos leaders sont complices
  • Papa policier, pourquoi tu ne les arrêtes pas ?
    -Ils sont dans la capitale, ici et sont entrés en lice
  • Papa policier, qu’est ce qu’ils gagnent et pourquoi ?
    -Je ne sais pas. Ce sont des abasourdissements
    -Quand je serai grand je serai policier assurément
  • Mais pourquoi cher enfant ?
    -Parce que, quand je serai grand j’arrêterai les Adf
  • Quand tu seras grand, il n’y aura ni Monusco ni Adf.
  • Papa policier, dernière question ; où vont les morts de Beni ?
    -Ni au ciel ni en enfer. Leurs âmes sont sans paix ici
    -Merci papa policier. Toi, prochainement ne nous frappes plus
    -Petit enfant, prochainement c’est déjà aujourd’hui

MAGLOIRE PALUKU

Vendredi dernier, les forces de sécurité ont dispersé les élèves qui étaient en sit-in illimité à la mairie de Beni pour réclamer la présence physique du président Felix Tshisekedi. Ce, après une semaine des manifestations diurnes et nocturnes.

Des nombreuses réactions ont jailli après cette dispersion. Le député provincial Jean-Paul Ngaha a déploré les dérapages enregistrés tout en soutenant qu’il était mieux que les enfants soient délogés sans usage de la force.

Dieubon Mughenze