RDC: Le PPRD démande au premier ministre de boycoter la cerémonie de prestation de serment des juges Constitutionnels

Prestations des serment des juges, photo des tiers

C'est le secrétaire permanent adjoint du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, PPRD, Ferdinand Kambere qui a annoncé ce lundi 19 octobre la position de son parti sur TOP CONGO FM.

Pour lui, l'ordre donné au Premier Ministre Sylvestre Ilunga Illunkamba par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de préparer la cérémonie de prestation de serment des juges constitutionnels est un ordre illégal. C'est ainsi qu'il lui demande de se conformer aux prescrits de l'article 28 de la Constitution qui dit que nul n'est contraint à exécuter un ordre illégal.

"Nous, son parti politique, nous encourageons (le Premier ministre) à s'abstenir (d'organiser la cérémonie de prestation de serment des juges constitutionnels, comme demandé par le Chef de l'Etat) en vertu de l'article 28 de la Constitution qui dit que nul n'est contraint à exécuter un ordre illégal. C'est un ordre illégal tout simplement", a déclaré Ferdinand Kambere sur TOP CONGO FM.

Et de poursuivre : "c'est avec étonnement et surprise que nous avons suivi le compte-rendu du Conseil des ministres où (le président de la République demande au Premier ministre d'organiser cette cérémonie alors qu'il) devrait jouer son rôle d'arbitre et du garant du bon fonctionnement des institutions".

En outre, il persiste et signe que "les nominations de ces juges sont nulles de plein droit".

L'adjoint de Ramazani Shadary souligne que le Premier ministre n'est pas concerné, par l'organisation "d'une quelconque cérémonie de prestation de serment".

"Comment les gens pensent qu'une solennité pareille devrait se passer en dehors du siège du Parlement ?", s'interroge-t-il, avant d'ajouter :
" Le Chef de l'Etat ne fait pas son adresse à la nation à son bureau, mais il va devant le Congrès pour s'adresser à la nation". 

Il assimile cette démarche du Chef de l'État à "des tentatives de recul vers une dictature" qu'il qu'ils n'accepteront pas".

Rappelons que c'est au lendemain du conseil des Ministres du vendredi 16 octobre dernier que la classe politique congolaise est dans une vive polémique suite à la communication du Chef de l'État relayé dans le compte rendu dudit conseil des Ministres, instruisant le Premier Ministre de préparer la cérémonie de prestation de serment des juges constitutionnels. Le point qui divise les membres de la coalition au pouvoir est le lieu où devra se tenir cette cérémonie. Les cadres du Front Commun pour le Congo, FCC de l'ancien Président Joseph Kabila Kabange, qui contestent les dernières nominations opérées par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la cour constitutionnelle, soutiennent que celle-ci ne peut que se tenir devant les deux chambres du parlement réunies en congrès, ce que les cadres du Cap pour le Changement, CACH de l'actuel Président de la République ne veulent pas entendre.

Rédaction