RDC:« le pays se dirige vers le chaos » s'inquiète un cadre du parti présidentiel

Augustin Kabuya. Ph de tiers.

« Je ne pouvais pas passer mon temps à faire de très bons discours pour flatter les gens avec de très bon français. Mais c'était une petite observation, que le pays est en train de se diriger vers un chaos si vous ne prenez pas conscience », a déclaré mercredi 11 août Augustin Kabuya secrétaire général a.i du parti présidentiel lors de la commémoration de la journée de la jeunesse de l'UDPS dans la ville de Kinshasa où plusieurs jeunes et hauts cadres se sont réunis autour du thème « La jeunesse de l'UDPS face au défi de la conservation démocratique du pouvoir. »

Dans sa prise de parole, il a saisi l’occasion pour interpeler les jeunes à prendre en main leur destin au lieu de leur jeter des fleurs.

« C'est avec regret que j'ai constaté que la jeunesse d'une manière générale, est en train d'oublier son objectif principal (…) Aujourd'hui, je constate que la jeunesse est en train d'accompagner les gens déterminés, engagés à détruire leur avenir moyennant des billets verts, quelque chose que nous, nous ne pouvons pas accepter » s'est-il inquiété.

Il a en outre appelé les jeunes à ne pas se laisser manipuler par ceux qui détruisent le pays.

« Le chef de l'État est très engagé dans sa politique de faire la promotion de la femme et de la jeunesse, et de lutter contre les antivaleurs dont la corruption. Mais chose grave, quand on touche à quelqu'un qui est reconnu coupable pour sa mégestion de la chose publique, on va recourir à la jeunesse qui va rédiger de très bonnes déclarations, avec un très bon français pour parler au nom de leur province d'origine. Nous, ressortissants de… C'est toujours la jeunesse qu'on manipule, sans le savoir ? Ou bien elle le fait avec conscience ou par ignorance ? » s’est interrogé Augustin Kabuya.

Ainsi, il appelle les jeunes à la prise de conscience pour ne pas laisser le pays tomber dans le chaos, car dit-on, la jeunesse, c'est l’avenir de demain.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *