RDC : le gouvernement accusé de se moquer de l'enseignant

Le Secrétaire provincial du Syndicat des enseignants du Congo, au Maniema, (SYECO-MANIEMA), accuse le gouvernement de la République Démocratique du Congo de se moquer de l'enseignant congolais. Muhulumwanda Mukute l'a dit ce mardi 28 septembre dans une interview accordée à Election-net.com. Et ce, en réaction à la déclaration faite le lundi 27 septembre par le ministre de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), en marge de l'ouverture des travaux de la commission paritaire Gouvernement-banc syndical de l'EPST, dans le cadre des préparatifs de l'ouverture de l'année scolaire prévue le 04 septembre 2021.

Dans sa déclaration, Tony Mwaba a indiqué que plusieurs avancées ont été enregistrées depuis son avènement à la tête du ministère de l'EPST. Il a notamment cité, la prise en charge de toutes les nouvelles unités de la maternelle, l'augmentation des frais de fonctionnement des écoles à auteur de 20,5%, la mise à la retraite des enseignants dont l'âge varie entre 65 et 105 ans, la caisse de retraités, la prime de brousse et le nettoyage du fichier de paie des enseignants.

Pour Mahulumwanda Mukute, c'est inadmissible d'évoquer des avancées qui ne sont pas profitables à l'enseignant congolais.

"Ça me fait parfois rire quand j'entends des autorités de haut niveau parler des choses qui font rire. Parceque le banc syndical a mis sur table autant de revendications des enseignants qui sont comme préalables avant la reprise des cours, mais le ministre va répondre en indiquant que 7 de 10 revendications des enseignants sont déjà résolues par le gouvernement, sans les citer. C'est pour dire que quelque part le gouvernement est entrain de se moquer de l'enseignant congolais, parce qu'il trouve dans l'enseignant congolais une certaine faiblesse, c'est pour cela ils sont entrain de se moquer des gens. S'il prenait des enseignants comme des gens respectables, il ne pouvait pas aller prononcer du n'importe quoi aux micros et en face du monde. C'est vraiment inadmissible", déplore Mahulumwanda Mukute Secrétaire provincial du SYECO au Maniema.

Mise en retraite des enseignants

S'agissant de la mise en retraite des enseignants, il parle "d'une retraite humiliante"

"C'est une retraite humiliante, parce qu'après avoir rendu de loyaux services au pays, à la nation, l'enseignant congolais est payé en monnaie des singes. 2500 dollars américains pour l'enseignant de Kinshasa avec un frigo, si vous avez une maison électrifiée ça va, si vous n'en avez pas, alors c'est sera un cadavre qu'on est venu le garder à la maison avec tous les risques qu'il pourrisse et l'odeur va vous faire quitter la maison. Et puis, sur les milliers d'enseignants qui doivent aller en retraite, on va commencer avec si c'est 60, si c'est 300 à Kinshasa, on a dit que ça va se faire progressivement, mais depuis qu'on a annoncé ça, jusqu'aujourd'hui, rien ne se fait plus. Si l'enseignant de Kinshasa touche 2500 dollars pour toutes les années au cours desquelles il a rendu des loyaux services à la nation, que dire maintenant de l'enseignant de l'intérieur du pays qui n'a pas le même salaire que celui de Kinshasa", s'interroge-t-il.

Ce dernier souligne que pour une retraite honorable des enseignants, le gouvernement devait d'abord majorer sensiblement le salaire et payer cette retraite pendant 45 mois, afin de lui permettre d'avoir une pension consistante.

"[…] À l'allure où vont les choses, c'est comme qui dirait ils sont entrain de préparer la mort en cascade des enseignants", a-t-il lâché.

Prime de brousse

Quant à la prime de brousse de 20.000 francs congolais dont le gouvernement a décidé d'accorder aux enseignants des milieux ruraux, Mahulumwanda Mukute l'assimile aussi à une moquerie du gouvernement à l'égard de l'enseignant congolais.

"On propose 20.000 FC à un enseignant de l'intérieur comme prime de brousse, pour résoudre quel problème de la vie avec 20.000 FC ? Quelle émulation l'enseignant du centre ville aura pour aller travailler à l'intérieur, à cause de 20.000 FC ? Partout on est entrain de se moquer de l'enseignant congolais", martèle ce syndicaliste.

Appel à la prise de conscience

Il appelle enfin les enseignants à prendre conscience de leur situation "misérabiliste et miséreuse", tout en les rappelant que "le meilleur défenseur d'un droit c'est le détenteur lui-même". Aux gouvernants, il leur demande "d'avoir un coeur à la place d'un carreau".

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *