RDC : La tricherie des importateurs des produits surgelés dénoncée

Vue du bâtiment de la FEC Kasai Central. Ph. Tiers

Le ministre de l’Économie nationale, Jean-Marie Kalumba Yuma, a réuni le jeudi 8 juillet 2021, les responsables des entreprises et services publics de l’État, entre autres : la Congolaise des Voies Maritimes (CVM), les Lignes Maritimes Congolaises (LMC) et la Direction Générale des Migrations (DGM). À l'issue de la la rencontre, tous ces responsables ont décliné toute responsabilité dans la surcharge de la structure des prix des produits surgelés.

Ils rejettent les données fournies par les importateurs pour justifier l’exagération des prix de ces produits de grande consommation sur le marché.

Les interlocuteurs de Jean-Marie Kalumba Yuma ont affirmé qu’ils ne perçoivent aucune taxe sur les marchandises. Ils ont été même étonnés en voyant certaines rubriques les impliquant dans les structures de prix fournies au ministre de l’Économie nationale lors de ses concertations avec les importateurs des produits surgelés.

” La CVM n’est pas d’accord avec cette appréciation des importateurs. Elle facture les navires et non les marchandises. Et donc, nous ne comprenons pas comment la CVM se retrouve dans la structure des prix . La CVM, normalement doit être reprise dans les coûts de transport, les frêts et assurances. Nous remettre encore une deuxième fois dans la structure des prix constitue un double emploi qui n’a pas sa raison d’être”, a martelé Christine Tusse Daumbo, Directeur général de la Congolaise des Voies Maritimes.

De leur côté, les Responsables des Lignes Maritimes Congolaise (LMC) ont dénoncé “la tricherie” de la part des importateurs.

“Les opérateurs économiques externes font de la tricherie. Nous sommes des transporteurs maritimes. Et l’Etat Congolais nous a rétrocédé le droit de trafic maritime qui est perçu sur les frêts. Il ne peut en aucun cas entrer dans la structure des prix. Le frêt qui concerne les transporteurs externes n’a aucun impact sur les opérateurs économiques congolais. C’est une tricherie sur toute la ligne!”, a précisé Jean-Claude Mukendi Mbiyamwenza, Directeur général adjoint des Lignes Maritimes Congolaises.

Également citée dans les structures des prix des importateurs, la Direction Générale des Migrations décline toute responsabilité et affirme qu’elle ne taxe pas les marchandises mais contrôle plutôt les voyageurs. Elle s’occupe notamment de la régularité des titres consulaires des équipages.

Il sied de noter que cette rencontre fait suite aux recommandations faites lors de la neuvième réunion du conseil des ministres. Il s’agit notamment de la rationalisation des prélèvements parafiscaux dans la structure des prix des produits de première nécessité ; la redynamisation du Comité de suivi des prix des produits de première nécessité pour un suivi de proximité et l’application scrupuleuse de la règlementation sur les services habilités à exercer aux frontières conformément au Décret-loi en vigueur.

Prince Bagheni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *