RDC: La Monusco n’encourage pas la réinsertion des groupes armés dans l’armée régulière

De gauche à droite : Matthieu Gilman, porte-parole de la Monusco et le coordonnateur humanitaire Ph ENET Liévin LUZOLO

Ecouter cette information

« La Monusco ne supporte pas l’insertion des groupes armés dans l’armée régulière », c’est ce qu’a dit Mattias Gilman, porte-parole de la mission onusienne au cours du point de presse hebdomadaire de ce mercredi. Il a indiqué que la mission onusienne n’encourage pas à ce que les hommes qui ont tué et violé les personnes deviennent demain, les défenseurs de la patrie.

 Mais par contre, la Monusco conseille et recommande au gouvernement de les désarmer et les insérer dans la société après une formation suivie dans un camp approprié. C’est ici que la mission onusienne peut offrir son accueil aux démobilisés qui sont prêt à réintégrer, la société et non pas l’armée régulière, a dit Matthieu Gilman.

A lire aussi:  Beni: 2 civils tués par des présumés ADF près de Mwenda

Il sied de rappeler que, e Conseil des Ministres du vendredi 12 septembre a adopté le projet de loi modifiant et complétant la loi n°014/006 du 11 février 2014 portant amnistie pour les faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques.

Ce projet vise notamment le groupe armé « Force de Résistance Patriotique de l’Ituri », (FRPI) qui a bénéficié du discours du Chef de l’Etat, Félix Antoine-Tshisekedi, sur l’état de la Nation le 30 décembre 2019. Le numéro un des congolais avait estimé que la solution aux conflits armés dans la partie Est du Territoire n’est pas seulement militaire, elle est aussi politique, diplomatique.

A lire aussi:  Kinshasa : Pierre Mutanga, directeur administratif de la maison civile du chef de l'État est-il réellement à Makala ? [Exclusif]

Liévin LUZOLO