RDC : la Ministre des Mines interpellée par les organisations de la société civile du Maniema

Antoinette Samba, Ministre des Mines/photo droits tiers

Dans une déclaration lue devant la presse de Kindu ce jeudi 09 septembre, les organisations de la société civile forces vives du Maniema intervenant dans le domaine de la gouvernance minière disent être très préoccupées par le contenu de la lettre de la Ministre en charge des Mines, datée du 28 juin 2021, adressée au Président de la Confédération des négociants, Coopératives et des transporteurs miniers artisanaux du Grand- Kivu, lettre ayant trait à la demande d'accompagnement dans la mise en application du protocole de collaboration inter provinciale sur la libre circulation et la commercialisation des minerais de l'ex-province du Kivu.

"En lisant le paragraphe 2 de la lettre de son excellence Madame la Ministre, il ressort que son analyse repose seulement sur les dispositions du code minier, du règlement minier, ainsi qu'au manuel de procédure qui fixe les conditions dans lesquelles doivent s'exercer les opérations de transport, commercialisation et exportation des minerais sans toutefois faire allusion à certains autres règlements qui régissent ce secteur. Notamment, les arrêtés ministériels et interministériels qui doivent aussi être pris en compte", a déclaré Adalbert Shabani, Directeur exécutif de l'ONGDH Maniema Liberté.

En outre, ces organisations citoyennes rappellent que le Ministre des Mines qui était en fonction à l'époque du lancement du processus de traçabilité au Maniema, avait pris une décision n'autorisant la sortie des minerais du Maniema que par deux pools, à savoir : Kindu, par le chemin de fer pour le centre, et Lubutu par voie terrestre pour le Nord. "Et cela, pour des raisons qui sont encore justifiées jusqu'à ce jour".

D'après elles, "cette décision combien salutaire, prise par le Ministre en charge des Mines de l'époque a déjà eu plusieurs valeurs ajoutées dont notamment, le désenclavement économique de la province du Maniema, notamment, à travers la régularité du trafic ferroviaire qui aide à son désenclavement total".

Ces structures formulent plusieurs recommandations au Ministre des Mines. C'est entre autre, le retrait de son soutien à ce protocole d'accord.

"Eu égard à tout ce qui vient d'être dit, les organisations de la société civile forces vives du Maniema du groupe de travail gouvernance minière, recommande à son excellence Madame la Ministre :

  1. De bien vouloir retirer son soutien à ce protocole de collaboration entre CONECOMA GK, attendez par là, la Confédération des négociants, Coopératives et des transporteurs miniers et les trois Gouverneurs des provinces du Grand-Kivu, lequel protocole, en somme, n'est qu'un processus qui peut amener la province du Maniema en difficulté ;
  2. De confirmer et de renforcer la décision de son prédécesseur instituant deux points de sortie des minerais à l'exportation en province du Maniema, à savoir : la ville de Kindu par voie ferrée, et Lubutu par voie terrestre pour le Nord ;
  3. De bien vouloir retirer l'agrément de fonctionnement octroyé à CONECOMA GK, car ne remplissant pas tous les critères exigés par la loi pour fonctionner comme une structure faitière des sociétés coopératives minières", ont-elles chuté.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *