RDC: "La majorité parlementaire alléguée par FCC n'a jamais été identifiée", Georges Kapiamba

Georges Kapiamba, président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) . Ph.Théo Liko/ ENET

La crise de confiance entre les deux plateformes politiques de la coalition au pouvoir en République Démocratique du Congo, à savoir, le Front Commun pour le Congo (FCC) du Président honoraire Joseph Kabila Kabange et le Cap pour le Changement ( CACH) de l'actuel Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo continue à défrayer la chronique dans ce grand pays de l'Afrique centrale.

Alors que le Front Commun pour le Congo se targue sa majorité dans les deux chambres, deux voix s'élèvent du côté de la classe politique comme dans la société civile pour appeler à une reconfiguration de la majorité parlementaire.

C'est en l'occurrence de l'activiste des droits de l'homme et Président de l'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice (ACAJ), Maître Georges Kapiamba.

Dans un message publié sur son compte Twitter consulté par election-net.com, il souligne que la majorité parlementaire alléguée par le FCC n'a jamais été question identifiée conformément aux prescrits de l'article 78 de la constitution. D'où, son appel à la nomination d'un informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire.

"#RDC: La MAJORITÉ parlementaire alléguée par FCC n'a jamais été identifiée conformément aux prescrits de l'article 78 de la constitution. L’accord FCC-CACH, acte sous-seing privé, ne peut pas être au-dessus d la Constitution! Donc, 1 INFORMATEUR doit être nommé pour en identifier", a-t-il tweeté.

À titre de rappel, il sied de noter que le Chef de l'État a entamé depuis une semaine les consultations des forces politiques et sociales les plus représentatives du pays, en vue de se créer une nouvelle majorité parlementaire qui devra travailler avec lui dans le cadre d'une "union sacrée pour la Nation".

Par contre, ses partenaires du FCC, ont dans une déclaration politique rendue publique au terme d'une deuxième retraite politique qu'ils ont organisé dans un hôtel de Kinshasa, indiqué être favorables à l'organisation des élections anticipées à tous les niveaux, à la présidence y compris.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac