RDC : La lutte contre la corruption doit viser à changer le mental de l'homme congolais par l'amélioration de sa condition sociale [Tribune]

En marge de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption, qui a lieu le 9 décembre de chaque année, Me Willy Wenga Ilombe, avocat et observateur de la vie juridique et judiciaire en RDC, donne de la voix sur l'objectif de la lutte contre la corruption.

Dans une tribune qui lui revient, il indique que la lutte contre la corruption doit viser à changer le mental de l'homme congolais par l'amélioration de sa condition sociale.

Ci-dessous l'intégralité de sa tribune :

La lutte contre la corruption est parfois envisagée en termes de passation de marché public, d'obtention de grands carrés miniers ou espace forestier ou autres faveurs de toute sorte.

Concevoir cette lutte par le sommet ou au sommet, perdant de vue les ravages que la corruption fait dans le mental de l'homme congolais comme mode de vie c'est mal placer la lutte.

Penser à la lutte sans inventorier les causes les plus minimes et les pratiques et autres formes les plus diaboliques serait taper à côté.

Peut-on lutter contre la corruption sans connaître les différents noms attribués aux pratiques quotidiennes de la corruption?

Les lieux de commission des actes de corruption sont souvent les milieux de sollicitation de service auquel on a pas droit ou on a moins de droit.

Les conséquences graves de la corruption c'est la destruction de la bonne moralité essentielle à encourager les effort et le sens de la rigueur et de l'honnêteté

Le favoritisme sous toutes ses formes est le moyen véhiculant la corruption de telle sorte qu'aujourd'hui la définition légale de cette dernière est largement dépassée.

Les institutions chargée de lutte contre la corruption en collaboration avec celle de changement de mentalité devra imaginer comment concevoir la lutte partant d'une rééducation à la base dans les milieux scolaire.

Aujourd'hui les parents éduquent leurs enfants à la corruption, au mensonge ,à la falsification…sans se gêner.

Un enfant qui n'a pas été éduqué à l'éthique et à la bonne moralité, un élève ou étudiant qui pour passer de classe n'a fait que donner de l'argent aux enseignants, ne fera pas de miracle comme responsable ou gestionnaire.

Le vouloir s'enrichir à moindre effort et à bref délai conduit à une forte pratique de corruption en terme de promesse diverses en contrepartie des marchés, perdant ainsi tout sens de la qualité,du qualifié et du méritant.

Les plus souples sont servis,faibles ou incompétents soient-ils, qu'ils aient des engins ou non, des matériels ou non, de l'expértise ou non,intelligents,aptes, expérimentés ou non.

La corruption par considération* subjectives dont principalement le tribalisme, régionalisme, clanisme, militantisme, interviennent dans la destruction de la qualité de vie.

La lutte contre la corruption devant prendre en compte toutes ces considérations, ne doit pas être une partie de plaisir mais un grand apostolat qui doit aider la République à décoller. Il faut un lavage de cerveau susceptible à convier le citoyen congolais à avoir honte de la corruption.

Les théories et les discours inadaptés aux réalités profondes n'apporteront rien comme panacée à ce virus qu'est la CORRUPTION SOUS TOUTES SES FORMES ET FACETTES

Willy WENGA ILOMBE
Avocat et Observateur de la Vie juridique et judiciaire en RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *