RDC : La LUCHA dénonce "l'instrumentalisation" de la justice par la fondation Denise Nyakeru

Jacques Issongo, porte-parole de la Lucha entouré de ses collègues à Kinshasa/ photo Enet Théo Liko et Inès Ifwanga

Au cours d’un point de presse tenu ce vendredi 9 juillet, le mouvement Lutte pour le Changement « LUCHA » dénonce un "acharnement et instrumentalisation" de la justice de la part de la Fondation de la Première Dame de la République Denise Nyakeru Tshisekedi.

"Le Gouverneur militaire a reconnu qu’il y a eu détournement. On n'a pas peur d’aller à la justice. Mais nous condamnons cet acharnement de la part de la Fondation", a réagi un membre de la LUCHA qui précise qu’on « ne peut pas arrêter celui qui a cherché le voleur au lieu d’arrêter le voleur » rappelant qu’un de leurs, Parfait Muhani, est arrêté injustement dans la prison centrale de Goma en se faisant piéger par des personnes identifiées de la Fondation portant le nom de la première dame.

La LUCHA estime que cette arrestation vise à « laver l’image de la Fondation qui ne peut pas être atteinte dune certaine situation liée au détournement. »

« Nous n’avons pas dit que la Fondation a détournée sa propre donation mais une certaine patrie de cette donation a été détournée», a-t-il précisé.

En outre, la LUCHA se dit prête à comparaître devant la justice mais que cela se fasse selon la procédure surtout qu’elle (LUCHA) n’est pas une institution enregistrée et ne peut être poursuivie légalement à la justice pour manque de personnalité juridique. « Mais s’ils veulent que nous comparaissons, qu’ils le fassent dans la procédure en respectant les normes. Pas ce qu’on a fait à notre ami Parfait Muhani qu’on a piégé… » dit-il, dénonçant dans la foulée l’instrumentalisation de la justice par ceux qui sont au sommet de l’état, rappelant que la LUCHA privilégie les rapports sociaux. « C’est un abus de justice », lache le mouvement citoyen.

Elle précise que les discussions avec la Fondation ont été entamées « pour apaiser les esprits, leur faire voir qu’on a pas d’agenda caché et nous demandons la transparence et que chacun fasse son travail calmement», a-t-elle conclu.

Rappelons qu’une partie du don de la Fondation Denise Nyakeru pour les sinistrés de l’éruption volcanique de Nyiragongo et tremblement de terre, a été détournée par des personnes jusque là non identifiées.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *