RDC : la croissance économique projetée à 6,1% en 2022 par la BCC

Hôtel de monnaie de la Banque Centrale du Congo (BCC). Ph de tiers.

Selon le site internet d'informations économiques Desk Eco, le Comité de Politique Monétaire (CPM) de la Banque Centrale du Congo (BCC) a, au cours de sa réunion du 30 décembre 2021, noté "qu'au niveau de l'économie nationale, l'année 2021 a été marquée par la stabilité du cadre macroéconomique. Outre l'absence de chocs majeurs sur les marchés de biens et services, et celui de changes, cette stabilité reflète la bonne coordination dans la conduite des politiques budgétaire et monétaire du pays. Les dernières estimations basées sur les réalisations de fin septembre 2021 Indiquent que la croissance économique atteindrait 5,7% en 2021, bien en hausse par rapport au taux de 1,7% révisé en 2020, et au-delà des projections. La croissance a été essentiellement tirée par le secteur minier porté par l'embellie des cours mondiaux des principaux produits d'exportation de la République Démocratique du Congo", écrit Desk Eco citant le CPM.

Et d'ajouter :

"L'Inflation a connu de faibles variations en 2021. Elle est estimée à 5,1% pour l'année, un niveau bien plus faible qu'en 2020, reflétant notamment la relative stabilité du taux de change, ce dernier ne s'étant déprécié que de 1,4% en 2021 contre 15,2% en 2020".

S'agissant de cette année nouvelle, la même source renseigne :

"Le CPM a souligné que les perspectives de 2022 sont bonnes pour l'économie congolaise, avec une croissance projetée à 6,1 %, une inflation annuelle autour de 5,0 % et la poursuite de la relative stabilité de la monnaie nationale. La réalisation de ces résultats nécessitera la mise en oeuvre rigoureuse des politiques économiques saines initiées en 2021, particulièrement le respect du Pacte de Stabilité entre la BCC et le Ministère des Finances, le maintien d'un cadre solide de coordination des politiques monétaire et budgétaire, et l'exécution minutieuse des réformes macroéconomiques et structurelles destinées à mettre l'économie sur la voie d'une croissance forte, durable, inclusive et diversifiée. Dans ce contexte, le taux directeur de la BCC devrait passer de 8,5 % à 7,5 %, et les réserves obligatoires seront désormais constituées dans la monnaie de dépôt".

Et de chuter :

"Le CPM a souligné que ces mesures devraient contribuer au renforcement du financement de l'économie en monnaie nationale et soutenir ainsi la dédollarisation de l'économie, dans un contexte d'une plus grande maitrise de l'inflation".

election-net.com/Avec Desk Eco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *