RDC: la communauté internationale salue l'investiture du nouveau gouvernement

Photo illustrative du bureau du parlement européen.

La communauté internationale a salué mardi l'investiture du gouvernement congolais d'Union Sacrée de la nation par l'Assemblée nationale en promettant au nouveau Premier ministre leur soutien pour la mise en oeuvre des réformes reflétant la volonté du peuple congolais et l'amélioration de la situation socioéconomique en République Démocratique du Congo.

Le Parlement congolais a investi lundi lors d'un vote crucial un nouveau gouvernement dirigé par M. Sama Lukonde après une présentation pendant plusieurs heures du programme du gouvernement de l'Union sacrée de la Nation adopté à la majorité absolue par les députés, avec 410 voix pour sur les 412 législateurs présents à la plénière.

Le nouveau cabinet est composé de 57 membres, dont 14 femmes et plusieurs jeunes.

La communauté internationale attend beaucoup du nouveau gouvernement

La communauté internationale attend beaucoup du nouveau gouvernement congolais, car ses ministres auront notamment la lourde tâche d'enrayer les avancées des groupes armées à l'est du pays, d'améliorer la vie quotidienne de la population, de renforcer la démocratie et la redevabilité des institutions, garantir l'Etat de droit et tant d'autres.

La communauté internationale, tout en saluant la formation du nouveau gouvernement, a ainsi demandé à tous les dirigeants politiques congolaises de "respecter l'échéance constitutionnelle de 2023".

L'Union sacrée de la Nation est une nouvelle coalition créée par le président de la RDC Félix Tshisekedi après avoir rompu la coalition FCC-CACH avec son prédécesseur Joseph Kabila à la fin de l'année dernière.

La destitution de l'ancienne présidente de l'Assemblée nationale Jeanine Mabunda en décembre dernier a permis au président Tshisekedi de nommer un informateur pour identifier une nouvelle majorité au Parlement en sa faveur. C'est cette nouvelle majorité parlementaire qui a destitué Sylvestre Ilunga IIunkamba et son gouvernement à la suite d'une motion de défiance.

Nelly E.