RDC : l' UDPS invite le FCC à retirer ses trois propositions de lois sur la réforme du système judiciaire

Quelques combattants rassemblés ce 27 mai devant siège de l'Udps © Election-Net/ADK

L'Union pour la Démocratie et le Progrès sociale UDPS, s'insurge contre la démarche du Front commun pour le Congo à travers deux de ses parlementaires qui ,ont déposés au bureau de l'Assemblée nationale ,trois propositions de lois pour la réforme du système judiciaire en RDC.

Lire aussi: RDC/UDPS: Les hauts cadres du parti en réunion extraordinaire autour de Kabund

Selon le parti présidentiel, ces propositions de lois sont  inopportunes  et inconstitutionnelles. Leurs initiateurs,  les  députés Aubin Minaku également  ancien  président de l'Assemblée nationale et son collègue Garry Sakata tendent à violer les principes  de l'indépendance de la magistrature dénonce le parti de Félix Tshisekedi. 

Cependant, prévient-il, que si la coalition pro-Kabila  [FCC]  tente un passage à  force de  ces lois , elle aura une résistance populaire.

«Au cas où le FCC s'obstinerait dans sa logique d'imposer sa volonté au peuple congolais par un passage en force,l'UDPS se réserve le droit d'opposer à la majorité artificielle au palais du peuple, la majorité populaire,véritable détentrice du pouvoir » peut-on lire, dans cette déclaration finale signée par Augustin Kabuya,secrétaire général du parti.

Re[Lire] aussi : Assemblée Nationale: trois propositions de lois d’Aubin Minaku et Garry Sakata déclarées recevables

Ce lundi ,le Syndicat autonome des magistrats  a rejeté l'initiative de l'ex président de l'Assemblée nationale  en indiquant que celle-ci ,n'apporte aucune nouveauté  à la magistrature , mais plutôt  elle est  faite dans le but de museler le pouvoir de la justice en plaçant le ministère public sous le contrôle  du ministre de la Justice. 

Pour le SYNAMAC, Ces trois propositions violent les principes de la séparation de pouvoir, et promet d'adresser  une pétition à l'endroit du chef de l'État pour arbitrer la crise inter institutionnelle  qui en découlera de cette manœuvre.

Renvoyées déjà  à la commission Politique administrative ,ces trois projets ont créé  une polémique,mais leurs initiateurs soutiennent un  renforcement  du pouvoir d’injonction du ministre de la Justice de sanctionner à titre  conservatoires les magistrats  qui se sont rendus coupables.

Patrick Félix Abely