RDC/Jeux paralympiques de Tokyo : Rosette Luyina Kiese rassure

L'athlète Rosette LUYINA Kiese.

Les Jeux paralympiques d’été de 2020, officiellement XVIᵉˢ Jeux paralympiques d’été, initialement prévus du 25 août au 6 septembre 2020, se dérouleront du 24 août au 5 septembre 2021, à Tokyo au Japon. Plusieurs pays y prendront part, notamment la République Démocratique du Congo.

Du côté du Comité paralympique de la RDC, deux semaines ont suffi pour les hommes et femmes du coach Bayopa pour se préparer à affronter cette compétition. Interviewée par ELECTION-NET.COM à son lieu de vaccination contre la covid19 avant de s’envoler pour Tokyo au Japon, la doyenne des athlètes congolais, Rosette Luyina Kiese a parlé des préparatifs de ces jeux au niveau local, mais aussi l’apport du gouvernement avant de rassurer quant à l’issue heureuse de cette compétition mondiale.

Rosette Luyina Kiese a commencé par indiquer que c’est avec des moyens du bord qui se sont préparés localement avant de préciser que l’appui du gouvernement n’est venu qu’à la dernière minute.

« Nous nous sommes préparés ici au Congo pour les jeux para-olympiques de Tokyo et nous allons quitter le pays le dimanche prochain. Le gouvernement ne nous a pas appuyé dans la préparation, même pas de l’eau à boire, pas non plus des transports pendant nos entraînements et pourtant nous étions entrain de nous préparer pour le haut niveau. C’était comme du bénévolat et pourtant nous travaillons pour l’honneur de notre pays. C’est nous-mêmes et notre comité qui avions financé nos préparatifs pendant deux semaines. L’appui du gouvernement nous est parvenu à la fin de notre préparation et c’est la prise en charge avec notamment les frais de mission, les billets d’avion », a-t-elle expliqué à ELECTION-NET.COM.

Cependant, malgré une préparation qui n’a pas reflété le niveau de la compétition, Rosette Luyina Kiese rassure qu’elle mettra non seulement son expérience en jeux pour arracher quelques médailles, mais aussi son talent d’athlète.

« Non, je n’ai pas peur parce que ce n’est pas ma première fois de participer à cette compétition. Tenez, en 2016 j’ai participé aux jeux para-olympiques de Rio au Brésil où j’ai été dixième au niveau mondial et première en Afrique. J’ai aussi participé aux jeux africains de Brazzaville, mais aussi au Meeting international de Marrakech où j’ai apporté deux médailles en bronze et en argent. Maintenant, je me suis préparé en conséquences pour ces jeux de Tokyo, car c’est mondial. Espérons que je vais démontrer mon talent. On ne chante pas la victoire avant la guerre. Mais j’espère que les athlètes para-olympiques vont amener quelque chose au pays », rassure-t-elle.

Doyenne des représentants congolais, la championne africaine 2016 fait également office de la conseillère morale de ses collègues qui participent à cette compétition pour la première fois. Elle les invite à observer les valeurs paralympiques, notamment le courage.

« A mes collègues qui participent pour la première fois, je les invite à la détermination comme mon entraineur me l’a toujours dit. Je leur ai également inculqué quatre valeurs para-olympiques, à savoir le courage, l’égalité, détermination et inspiration. Ce n’est pas facile, mais s’ils respectent ce conseil, nous irons très loin ensemble, car je sens la détermination en eux ».

Rosette Luyina Kiese en appelle au soutien tous azimuts et aux encouragements de la population congolaise pour que la réussite soit de leur côté. Avant de remercier les autorités compétentes qui les ont facilitées le voyage vers le Japon. La doyenne des athlètes congolais a commencé le para-athlétisme en 2010 sous l’initiative du programme de réadaptation physique du Comité international de la Croix-Rouge. Elle a été amputée de la jambe droite sous le genou après avoir marché sur une mine sous terrain en 2010 à Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. D'où son message aux personnes en situation de handicap qui se sous-estiment encore et se lancent dans la mendicité, de se lancer dans le sport.

« Beaucoup de gens pensent que si tu es une personne en situation de handicap, la vie doit se limiter à la mendicité, je dis non. Nous sommes au même pied d’égalité avec des valides. Et pour pratiquer à notre sport, on ne vous demande rien. Il faut seulement mettre de la volonté et de la détermination. Je vous invite à pratiquer le sport comme moi. Grace au sport, je vis », a-t-elle conclu.

Notez que sur place à Tokyo, les quatre (4) athlètes congolais dont deux femmes et deux hommes, devront compétir au lancement de poids sur fauteuil pour Rosette Luyina Kiese, lancement de poids et javelot pour Paulin Mayombo. Quant à Bibi Senga, elle fera la course sur fauteuil roulant et Larri Amani fera le Taekwondo.

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *