RDC/Investissement : En 2020, le flux d'IDE a augmenté à 1,6 milliard USD

les flux d’Investissements directs étrangers (IDE) entrants en zone CEMAC en 2020, ont enregistré une légère hausse en RDC.

Pendant que l'europe constate une baisse des investissements directs étrangers par rapport à l’année dernière, cette valeur a augmenté de 11 % durant la meme période en République Démocratique du Congo.

Selon les données de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développement (CNUCED), les flux d’Investissements directs étrangers (IDE) entrants en zone CEMAC en 2020, ont enregistré une légère hausse, par rapport à l’année dernière.

Les flux d'IDE en République démocratique du Congo ont augmenté de 1,5 milliard USD en 2019 à 1,6 milliard USD en 2020, malgré la crise économique mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19. En République démocratique du Congo, les flux entrants dans le secteur minier ont soutenu les IDE, car les prix du cobalt ont augmenté en raison de la hausse de la demande pour son utilisation dans les smartphones et les batteries de voitures électriques. Le stock d'IDE a été estimé à 27,3 milliards USD en 2020 (qui représente à lui seul 2/5 des IDE de la zone).

En effet, relève la CNUCED, dans le contexte de pandémie mondiale, l’Afrique centrale aura été la seule région du continent, à connaitre une hausse des flux d’IDE. Une performance qui se veut en lien avec un maintien des investissements pétroliers et miniers.

Par pays, explique la CNUCED, cette évolution a été essentiellement portée par une augmentation des investissements en RDC (4 milliards de dollars d’IDE entrants en 2020, contre 3,4 milliards de dollars en 2019, et dans une moindre mesure, au Gabon (1,7 milliards de dollars en 2020, contre 1,5 milliards de dollars en 2019).

L’évolution en RDC se justifie selon la CNUCED par d’importants investissements dans des champs de pétrole Offshore, après la fin de la phase 2 des autorisations pour les blocs pétroliers de 2019. Tandis que celle du Gabon est tributaire de l’adoption d’un nouveau code pétrolier en 2019. Lequel code a conduit à la signature de plusieurs nouveaux accords, dont certains se sont matérialisés en 2020.

La République démocratique du Congo possède de riches ressources hydroélectriques et minières (telles que les diamants, le cuivre, le cobalt, l'or et l'uranium), qui sont restées largement inexploitées. Afin d'attirer les IDE, le gouvernement de la RDC offre des incitations qui sont généralement négociées avec les investisseurs étrangers. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *