RDC-Indépendance/ M.Katumbi: “Nos dirigeants n’ont jamais été dignes de nos pères fondateurs…”, (Moïse Katumbi)

L'opposant Moïse Katumbi sur le plateau d'une chaine de télevion française, ©Photo de tiers

Ecouter cette information

Soixante années après l’accession de la RDC, République Démocratique du Congo à sa souveraineté nationale et internationale, certains politiques affirment que toutes ces soixante années ont été caractérisées par la misère et rien n’a été fait par les décideurs pour redonner un sourire aux congolais et congolaises longtemps courbés.

Moïse Katumbi Chapwe, président de Ensemble Pour la République, est du nombre. En effet, dans une déclaration consultée par election-net.com à la veille de la commémoration de ce soixantième anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, cet acteur politique congolais a rendu hommage aux martyrs et pères de l’indépendance, d’heureuses mémoires, qui avaient leur devoir patriotique, souvent au prix de leur sang et qui ont légué à la génération présente la charge d’écrire l’histoire du pays.

A lire aussi:  RDC: ''Moise Katumbi n’a rencontré aucun diplomate US ni accordé d’entretien politique…'', (Olivier Kamitatu)

Il a également salué le concours des autres peuples du monde, en Afrique comme en occident qui ont eu à soutenir cet élan en privilégiant le principe qui veut que chaque peuple ait droit à son autodétermination.

Parlant de la situation actuelle du pays, l’ex Gouverneur de l’ancienne province du Katanga a déploré le fait que la marche du pays se fait avec beaucoup de soubresauts et que l’élan de développement s’est complètement stoppé depuis des lustres en raison de l’immobilisme de nos dirigeants.

Cependant, il a indiqué que le bilan global est largement négatif et réduit les effets pervers de la mauvaise gouvernance et de la politisation à outrance de tous les secteurs de la vie nationale.

A lire aussi:  RDC: Kabila - Katumbi, l'heure est-il au rapprochement?

”La plupart des gouvernements qui se sont succédés ont érigé comme mode de gestion de la chose publique, la corruption, le clientélisme, le népotisme et le tribalisme”, a-t-il indiqué, avant de révéler qu’il n’y a pas un seul secteur de la vie nationale où les congolais trouvent dans l’action publique les résultats escomptés.

”Tous les indicateurs majeurs de développement sont au rouge. C’est ainsi que notre pays est classé au rang des Etats faillis et parias sur l’échiquier mondial malgré ses immenses ressources naturelles”, a t-il déploré.

Prince Bagheni



MENU