RDC: "Ils ne peuvent plus venir créer un FCC bis dans l'union sacrée" Jonas Tshiombela au Sujet de la Transhumance politique à outrance

Jonas Tshombela coordonnateur de la nouvelle société civile du Congo ©Joël Mesa

Le président de la nouvelle société civile congolaise NSCC, Jonas Tshiombela estime que l'Union sacrée ne peut pas devenir un Front commun pour le Congo, FCC, bis.

Dans une interview accordée à la rédaction Election-net.com, ce samedi 16 janvier 2021, ce dernier estime que l'Union sacrée n'exclut pas la dissolution de l'Assemblée nationale si les intérêts du peuple ne sont plus au centre comme le souhaite Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo, RDC.

"Ils devront savoir autre temps autres mœurs, deux ans après ils ne peuvent plus venir repondre à l'appel du chef de l'Etat pour créer un FCC bis dans l'union sacrée de la Nation. Ici on parle peuple d'abord" a déclaré Jonas Tshombela, avant d'évoquer la possibilité de la dissolution de l'Assemblée nationale qui reste d'actualité pour la NSCC.

"Pas du chantage car la dissolution de l'assemblée nationale à notre avis reste d'actualité. Nous comptons sur leur sincérité et honnêteté politique" poursuit-il.

Il s'observe une transhumance politique à outrance en République démocratique du Congo, RDC. Les cadres du FCC, qui hier considéraient l'Union sacrée comme une "grossesse" une vision, pas bien trop claire, sont aujourd'hui les premiers à déclarer un amour à flots à cette même Union sacrée.

Joël Mesa Nzuzi