RDC: Hypothétique investiture du gouvernement Sama Lukonde

Lukonde Sama, premier ministre. Ph. Tiers

A première vue, l’investiture à l’Assemblée nationale du gouvernement Sama Lukonde, serait une simple formalité dans un environnement où la famille politique de l’actuel Premier ministre, détient la majorité parlementaire avec environ 380 députés sur les 500 qui occupent la chambre basse du Parlement. Que non ! En effet, après la signature par Félix Tshisekedi le 12 avril 2021 de l'ordonnance portant nomination de membres du nouveau gouvernement, 200 députés nationaux l’ont désapprouvé. Ils l’ont fait savoir officiellement, dans un mémorandum adressé au bureau du président de l’Assemblée nationale le 15 avril 2021. Selon certaines indiscrétions, bien que reçus et apaisés par Christophe Mboso le 18 avril 2021, les députés mécontents sont passés de 200 à 250 frondeurs.

Après deux mois de tractations politiques entre les membres de l’Union sacrée de la nation (Usn) et la société civile, la RD Congo s’est enfin, dotée d’un gouvernement composé de 56 membres contre 65 pour le précédent. Avec une moyenne d’âge de 47 ans, l’actuelle équipe gouvernementale dirigée par Jean-Michel Sama Lukonde a l’avantage d’avoir en son sein, une représentation de la gent féminine de 27 % ; 80 % de nouvelles figures et quelques anciens ministres reconduits.

Sauf changement de dernière minute, l’investiture à l’Assemblée nationale du gouvernement Sama Lukonde aura lieu ce samedi 24 avril 2021.

Hélas, l’aboutissement heureux de cet évènement devient de plus en plus douteux du fait que le Premier ministre et son équipe, ne font pas du tout l’unanimité au sein de l’hémicycle. Ils sont boudés par plus ou moins, 200 députés nationaux qui n’auraient pas trouvé leur compte après la publication de la nouvelle équipe gouvernementale,

Si l’on y prend garde, la cérémonie de ce samedi, se mue en une investiture à haut risque. Et pourtant, le plus difficile a été fait en amont, avec les tractations politiques entre les membres de l’Usn et la société civile. Si bien qu’elles ont accouché d’un gouvernement composé de 56 membres dits des «warriors» (combattants, ndlr), venus de tous les horizons.

L’on a à première vue, cru que l’investiture du gouvernement Sama Lukonde sera un plébiscite et une simple formalité dans un hémicycle où la famille politique de l’actuel Premier ministre, compte près de 380 députés sur les 500 qui écument la chambre basse du Parlement. Loin de là ! En effet, après la signature par Félix Tshisekedi le 12 avril 2021 de l'ordonnance portant nomination de membres du nouveau gouvernement, s’estimant des laissés-pour-compte, 200 députés nationaux, ont désapprouvé la nouvelle équipe gouvernementale. Ils l’ont fait savoir via un mémorandum adressé au bureau du président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso le 15 avril 2021.

Ce dernier s’est hâté de réunir les députés mécontents et a échangé avec eux le dimanche 18 avril 2021. Certaines sources renseignent que l’élu du Kwango aurait réussi à calmer les ardeurs de frondeurs. «Il n’y aura pas de problème, les députés pétitionnaires fâchés après la sortie du gouvernement ont amené leur mémo chez le président de l’Assemblée nationale. Ils se sont exprimés. Le conseil qu’on leur a prodigué a porté des fruits», a déclaré Ngoyi Kasanji, ancien député kabiliste devenu sociétaire de l’Union sacrée de la nation.

Réagissant par rapport à l’attitude des députés frondeurs, une tête couronnée de l’Usn dont l’imprévisible Kyungu wa Kumwanza, a calmé à sa manière, les esprits en déclarant qu’en dehors du gouvernement, on peut tout aussi mieux, servir son pays dans d’autres secteurs de la vie nationale. «Il n’est pas dit que pour être utile à la nation, il faut nécessairement être ministre. On peut servir le peuple dans d’autres domaines. L’essentiel est que ceci soit fait pour servir le peuple», a coupé court le président national de l’Unafec (Union nationale des fédéralistes du Congo) au cours d’un point de presse tenu le mardi 13 avril 2021 à Lubumbashi.

Malgré les apaisements de Mboso, l’assurance de Ngoyi Kasandji et le conseil de Kyungu wa Kumwanza, il nous revient que le nombre de frondeurs contre l’équipe de Sama Lukonde, va crescendo. Il avoisinerait 250 députés.

GUYKAS KILEMBWE