RDC/Gouvernement d'Union sacrée : Jean-Pierre Bemba pressenti Informateur ou Premier ministre ?

Jean-Pierre Bemba. Ph. Enet

Après le message du président Tshisekedi à la Nation, ce dimanche 6 décembre, annonçant la fin de la coalition FCC-CACH, et la nomination d'un informateur pour identifier une nouvelle majorité au sein de l'Assemblée nationale, plusieurs réactions sont enregistrées au sein de l'opinion tant nationale qu'internationale.

Si les uns voient déjà la consommation de la crise politique en RDC, les autres, par contre, évoquent déjà les différentes personnalités qui pourraient donner mains fortes au président Tshisekedi pour former son Union sacrée.

Les noms circulent

Déjà quelques noms sont cités dans la classe politique congolaise. Ces personnalités sur lesquelles cogitent déjà les observateurs de la scène politique congolaise sont pressenties informateur ou premier ministre du gouvernement d'Union sacrée. Il s'agit de Jean-Pierre Bemba Gombo, Moïse Katumbi Chapwe et Kitenge Yesu. Mais de toutes ces personnalités, Jean-Pierre Bemba est le plus cité.

Jean-Pierre Bemba, le préféré du Chef

Parmi les personnalités de l'opposition à être reçues, dans le cadre des consultations initiées par Félix Tshisekedi, Jean-Pierre Bemba, président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), a été le premier opposant consulté par le Chef de l'État, le 4 novembre dernier.

"Ça s'est bien passé (…). Je soutiens ce dialogue entre Congolais", a déclaré brièvement Jean-Pierre Bemba au sortir des consultations.

Ce tête-à-tête entre les deux hommes, a été le premier depuis l'élection du président Tshisekedi.

La sécurité renforcée du Chairman

Quelques semaines seulement, après avoir été reçu par le numéro un des Congolais, Jean-Pierre Bemba a vu sa sécurité renforcée en armes et en hommes.

Dans un télégramme signé par le Général Marcellin Assumani Issa Kumba et adressé au commandant du secteur opérationnel des FARDC, il lui a demandé l’exécution en urgence, de devoir assurer la sécurité de Jean-Pierre Bemba Gombo.

” RÉF NOTE N° PR/MM/01281/2020, vous devoir assurer la sécurité ancien vice prés rép sénateur Jean Pierre Bemba (-) avec moyen ci-après (-) Armt(-) AK 47 (-) 12PCES (-) MUN(-) CART 7. 62X39 MM (-) 600 CPS (-) Chargeur vide AK 47 (-) 27 PCES (-)”, avait indiqué le télégramme du Général Marcellin Assumani Issa Kumba, adressé au Commandant du secteur opérationnel Nord EQ des FARDC et exploité par election-net.com.

Le télégramme demandait également au commandant du secteur opérationnel de faire le rapport de l’exécution correcte de ces instructions.

Une des raisons, parmi tant d'autres, qui poussent les analystes de voir en ce digne fils de la RDC, le futur informateur ou premier ministre de la RDC.

Jean-Pierre Bemba et l'intérêt général

Membre du Présidium de la plateforme Lamuka, Jean-Pierre Bemba ne s'est pas inscrit dans la logique de ses compaires, Adolphe Muzito et Martin Fayulu, qui ont décliné l'invitation du président Tshisekedi aux consultations.

"C'est notamment la paix, la sécurité et le renforcement de la démocratie, de l’état de droit, la crédibilisation du processus électoral, l’indépendance de la justice, la construction des infrastructures, l’emploi des jeunes, ainsi que la promotion de l’émergence d’un Congo nouveau », les préoccupations exprimées lors des consultations et déclinées par FélixTshisekedi lors de son adresse à la Nation et partagées par Jean-Pierre Bemba, a indiqué un communiqué du MLC saluant le discours du chef de l'État du 6 décembre.

Pour toutes ces raisons précitées, Jean-Pierre Bemba, ne serait-il pressenti informateur ou premier ministre ?

Dossier à suivre !

Liévin LUZOLO