RDC: Félix Tshisekedi interpellé dans son fief

Une banderole sur le lancement du projet Tshilejelu au Kasaï-Central. Ph. Tiers

Trop c'est trop, la colère déborde au Kasaï Central suite à la lenteur dans l'exécution des travaux de construction de 35 km des routes du projet Tshilejelu initié par le Chef d'État Félix, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA)est de descendu ce mercredi 08 septembre 2021 dans les rues du chef-lieu de la province du Kasaï-Central pour dénoncer ce qu'il qualifie des manœuvres constatées dans le déroulement de ce projet qu’exécute l’entreprise Chinoise de Crec-7.

Au terme de cette manifestation,un mémorandum adressé au Chef d'État a été remis au ministre provincial de l'Epst et porte-parole du gouvernement provincial.

Dans cette correspondance, la Lucha appelle le chef de l’État à ouvrir grandement l’œil et interpeller les responsables Chinois de Crec-7 afin qu’ils mettent du sérieux dans l’exécution des travaux du projet Tshilejelu au Kasaï-Central car peut-on lire, cette entreprise a rendu cette entité en chantiers inachevés et réalisés.

“Notre crainte aujourd’hui est de voir le projet Tshilejelu, porteur d’espoir (...) ,nous faire revivre les mêmes échecs dans le passé avec le récent projet du programme de 100 jours ,la révolution de modernité et le 5 chantiers où le Kasaï-central a été ignoré si pas dribblé. Lancé depuis le 17 mars 2021 par votre autorité,le projet Tshilejelu s’exécute à pas de tortue dans la ville de Kananga car, bientôt depuis six mois ,rien ne prouve que ces travaux prendront dix mois comme prévu”, peut-on lire dans ce mémorandum. Et renchérit ” Avant de poursuivre "Nous sommes sûrs que si vous ne vous engagez pas, nous allons effectivement connaître les échecs” peut-on lire dans cette lettre.

Ce mouvement citoyen motive son ral-le-bol par le constat amer des différents chantiers amorcés par CREC7 lors du programme des 100 premiers jours de Félix Tshisekedi et surtout l'opacité qui caractérise cette entreprise dans la mise en œuvre de ses activités. Ainsi, les militants de la lucha Kananga sollicitent l'implication personnelle du premier citoyen de la RDC afin que les choses soient mises au clair.

"Pour ne pas revenir aux erreurs du passé commises par cette entreprise, la Lucha propose au président de la République ce qui suit :

  • Au cas où la société Crec-7 ne parvenait à respecter la durée fixée pour la fin effective des travaux, il faut lui retirer le contrat qui la lie au gouvernement de notre pays et le confier à une autre entreprise sérieuse qui pourra exécuter dans un délai raisonnable, nous pensons que la dotation de l’Office de Voiries et Drainages (OVD) et l’Office de Routes (OR) des moyens nécessaires serait idéale et durable ;
  • Instaurer un Office de suivi et d’évaluation qui sera composé qui n’ont jamais participé à la signature dudit contrat, nous suggérons ceux d’une société civile sérieuse et de spécialistes en la matière, qui fourniront un rapport mensuel de l’exécution de travaux à la présidence jusqu’à la fin desdits travaux ;
  • Recommander à la société Crec-7 d’utiliser les pierres en lieu et place des briques ,qu’elles se fabriquent qui semble être non-durable"

Recevant cette lettre,le ministre provincial de l'Epst a salué le sens de patriotisme qui a animé les membres de ce groupe qui selon Tharcisse Muzeke, complète le rapport du gouvernement provincial au sujet de ces travaux.

"Je dois vous rassurer que votre mémo est un complément et un appui aux différents rapports que le gouvernement provincial ne cessent d'adresser à la hiérarchie pour ce qui concerne l'évolution des travaux du projet Tshilejelu.Soyez rassuré que votre mémorandum va être transmis intégralement et rapidement à son destinataire"

Il sied de noter que peu avant cette marche, les éléments de la police nationale Congolaise ont été déployés tôt ce mercredi dans les grandes artères de la ville pour empêcher la tenue de cette manifestation qui selon un proche de l'autorité urbaine allait à l'encontre des mesures prises par les autorités à tous les niveaux contre Covid-19.

Et les militants de la Lucha avaient changé l’itinéraire et sont arrivés au building administratif où le mémorandum a été déposé sans incident.

Jean Claude Shamois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *