RDC/Faible mobilisation des recettes de janvier à mars : l’IGF alerte le gouvernement

Le siège de l'Inspection Générale des Finances à Kinshasa. Ph presse IGF.

Dans une dépêche de l’Inspection Générale des Finances (IGF), adressée au gouvernement et parvenue à election-net.com, L’Inspecteur général Chef de service, Jules Alingete Key, tire la sonnette d’alarme alertant les décideurs des Finances Publiques sur la « stagnation » du niveau de mobilisation des recettes pour les mois de janvier, février et mars 2021.

Sachant que ces décideurs des Finances pouvaient s’appuyer sur la pandémie à Covid19 et ses restrictions, l’IGF informe que “les mesures qui sont entrain d’être prises actuellement en Europe en rapport avec la COVID-19 n’augurent pas des meilleures perspectives pour nos Finances Publiques”.

Par contre, elle en appelle à « plus de responsabilité dans l’exécution des depenses publiques et à éviter de prendre des décisions de nature à mettre en mal les Finances Publiques qui fonctionnent avec un équilibre fragile”.

Par ailleurs, l’IGF donne des pistes de solution qui pourraient augmenter les recettes. Il s’agit notamment de “l’effort du gouvernement qui doit être accès sur les réformes fiscales et des finances Publiques susceptibles d’impacter positivement sur la mobilisation des recettes ainsi que sur la rationalisation des dépenses publiques”.

Mais aussi, l’Inspection Générale des Finances annonce, quant à elle, qu’elle va “maintenir ses missions d’encadrement des Finances Publiques et de patrouille financière dans les entreprises du mortefeuille de l’Etat ainsi que dans les Établissements Publics”.

Et ce, à travers les missions de patrouille financière qui privilégient l’exécution des dépenses des salaires des agents et celles liées à la production directe. Elle a également promis de “censurer les dépenses ostentatoires”.

Liévin LUZOLO