RDC/États généraux de lutte contre la corruption : 164 recommandations adressées au Chef de l'État, au parlement, au gouvernement et aux structures de lutte contre la corruption

Photo d'illustration

C'est en tout cas ce qui ressort des États généraux de lutte contre la corruption tenus à Kinshasa capitale de la République Démocratique du Congo (RDC) du mardi 19 au samedi 23 octobre 2021. Ces recommandations ont été formulées par les participants à ces travaux qui étaient répartis en 3 commissions.

Au Chef de l'État, les participants l'ont notamment demandé de recevoir le serment des membres de la cour de compte nommés en 2018.

Quant au parlement, ils demandent entre autres, d'actualiser le cadre légal anti-corruption pour le conformer aux instruments juridiques régionaux et internationaux auxquels la RDC a adhéré, d'accélérer l'adoption et la proposition de loi portant modification du code pénal, de la loi électorale et la loi portant organisation et fonctionnement des partis politiques notamment en ce qui concerne l'interdiction d'octroyer des cadeaux lors des campagnes électorales.

S'agissant du gouvernement, ils demandent de créer un registre contenant les informations relatives aux personnes physiques, actionnaires dans les sociétés et les propriétaires réels des titres miniers, forestiers, et d'hydrocarbures et autres personnes productives. Ils recommandent aussi à la Ministre de la Justice de mettre en place un comité de suivi de la mise en oeuvre des recommandations des Etats généraux sur la corruption, et au pouvoir judiciaire de traiter les dossiers de corruption avec sévérité et impartialité.

Visant en amont de faire un diagnostic général sur l'état des lieux de la lutte contre la corruption en République Démocratique du Congo (RDC), de créer une synergie sur les actions prioritaires et les réformes à entreprendre pour aboutir à une diminution sensible et durable de la corruption en RDC, ces travaux rentraient dans le cadre du projet "d'Appui à la lutte contre la corruption en RDC". Et ce, grâce à l'appui technique et financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Royaume de Suède.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *