RDC/entérinement de Kadima : fâchés, les élus du FCC se prononcent

Josué Mufula élu de Goma au Nord-Kivu

Josué Mufula, Félix Kabange Numbi, Geneviève Inagosi, tous députés nationaux membres du Front commun pour le Congo (FCC) rejettent en bloc l'entérrinement de la nouvelle équipe de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Dans une sortie médiatique quelques heures après la plénière du samedi 16 octobre 2021, ceux-ci disent ne pas accepter ce qu'a fait l'assemblée nationale en entérinant une équipe de la CENI en dépit de l'absence d'un consensus.

Pour le député Josué Mufula élu de Goma au Nord-Kivu, cet entérinnement s'est fait en violation des textes, ça reste une imposition comme c'est le cas avec la taxe RAM, ''on continue à marcher sur les Congolais, on ne peut pas accepter ces genres de méthodes dictatoriales, nous en avons marre'', a-t-il déclaré

De son côté, le député Félix Kabange Numbi a souligné que les élus du FCC ont été attaqués au cours de cette plénière, ''ils ont fait entrer des hommes armés à l'intérieur de l'hémicycle et ont touché sur l'intégrité physique des députés du FCC, nous disons NON'', a-t-il déclaré

Et de poursuivre
''[…], vous avez vu l'ambiance dans laquelle s'est passée l' entérinnement des membres de la CENI. Et ce dans cette ambiance que nous voulons pour les prochaines élections de 2023 où nos amis qui sont restés à l'intérieur sont en train de chanter, jubiler par ce qu'ils ont pris des amis, pour qui nous savons que la corruption et d'autres actes immoraux ont été posés pour qu'ils soient investis, nous disons Non, et nous ne pouvons pas continuer à cautionner pareil comportement'', a-t-il souligné

Enfin, la députée Geneviève Inagosi a indiqué que l'on ne pouvait pas entériner les membres de la CENI comme il n'y a pas eu de consensus, tout en soulignant que le quorum des élus dans la salle des plénières n'a pas été atteint

''[…], nous allons de violations à violations, la population nous regarde, nous nous ne sommes pas en train de cautionner ces histoires. Je pense que le moment venu nous allons nous prendre en charge, nous devons montrer que ce pays nous appartient tous. Le chef de l'État, c'est le garent de la bonne marche des institutions, nous avons rappelé celà dans notre déclaration, nous avons foi que le Chef de l'État ne va pas investir ce nouveau bureau'', a-t-elle chuté.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *