RDC : en consultation à Kinshasa, Tshisekedi envoie déjà ses lieutenants auprès des États témoins de l'accord FCC-CACH

Le président Al Sisi d'Égypte (au milieu) et les émissaires du président Tshisekedi Tshisekedi. Ph de tiers.

Est-ce pour rompre l'accord qui le liait à Joseph Kabila ? Est-ce pour justifier ses consultations sans Joseph Kabila ? Ou encore prendre ces chefs d'État pour témoins face à ce qui convient d'être appelé crise politique sur la rive gauche du fleuve Congo ? Toutes ces questions laissent perplexes les observateurs avertis de la scène politique congolaise.

Pendant qu'il consulte les forces vives de la nation Kinshasa, Tshisekedi engage une autre bataille diplomatique auprès des "États témoins" de l'accord qu'il a signé avec son prédécesseur Joseph Kabila, afin de diriger le pays sous une coalition (FCC-Cach).

De Kigali (Rwanda) au Caire en passant par Nairobi au Kenya et Pretoria en Afrique du Sud, le fils du sphinx de Limete veut assurer ses arrières avant de rompre avec son partenaire, le FCC.

Déjà, ce samedi 7 novembre, une délégation dépêchée par le Chef de l'État congolais au près de son homologue Rwandais, Paul Kagame, a été reçue par ce dernier. Conduite par son conseiller Fortunat Bisele, ces émissaires du président Congolais, ont évoqué "la situation politique marquées par des tensions entre l'ancien et le nouveau président.

Le président Paul Kagame du Rwanda (2è de droite à gauche) et la délégation congolaise.

Des sources crédibles, Élection-net.com, a appris que le jeudi dernier, cette même délégation du président Tshisekedi avait rencontré le président Al Sisi d'Égypte, un des pays pays témoins de l'accord FCC-Cach. "Le Congo d'abord et l'accord ensuite", a été le message essentiel des émissaires de Félix Tshisekedi qui du reste, est déterminé à tourner la page de la coalition FCC-Cach.

À Kinshasa, FélixTshisekedi a reçu ce samedi Moïse Katumbi, un des opposants farouche à l'ancien Président, Joseph Kabila. Au sortir de son entretien avec le chef de l'État, le président d'Ensemble pour la République à déclaré à la presse que ce qu'il dit au président Tshisekedi sera connu incessamment.

De son côté, le FCC a convié les responsables des groupements politiques de la plateforme à une retraite politique dans la banlieue de Kinshasa. Réfléchir sur les enjeux de l'heure et préparer les élections futures est l'objectif de ces assises de deux jours.

Sachez que le président Tshisekedi avait annoncé qu'après les consultations, il reviendra vers le peuple pour annoncer des décisions importantes pour l'intérêt général.

Liévin LUZOLO