RDC / élections 2023 : le doute, (JC Katende)

Jean-Claude Katende, Président de l'ASADHO

Préoccupé par l'organisation des élections en 2023, Me Jean Claude KATENDE, président de l'ASHDO, a tenu à donner son opinion en rapport avec l’interview que le Président de la République, Félix TSHISEKEDI, a accordée au journal Jeune Afrique, en date du 29 juin 2021.

D'après lui, l'incertitude plane encore sur l'organisation des élections en 2023 dans le délai constitutionnel. Il estime que la CENI n'étant pas un électron libre, pour décider de l'organisation des élections.

"Pour moi, cette réponse ne rassure pas que les élections se tiendront à bonne date. Elle renforce le doute. On ne peut pas faire reposer la décision de tenir les élections générales aux délais fixés par la Constitution ou pas à la seule volonté de la CENI. Ceci donne l’impression que la CENI ne serait pas soumise au respect de la Constitution. La CENI n’est pas un électron libre. Son travail est encadré par la Constitution et d’autres lois de la République. La réponse du Président sous-entend que si la CENI décide que les élections aient lieu en 2025, lui, Président de la République se soumettrait à la décision de la CENI et les conciliabules des politiciens vont encore reprendre dans ce pays. C’est très dangereux. C’est mieux que les élections aient lieu dans le délai fixé par la Constitution" a fait savoir Jean Claude Katende.

En outre, il souligne que tout glissement sera en défaveur de l'actuel pouvoir de Kinshasa.

"Tout glissement de calendrier électoral ne sera pas profitable au Président de la République encore moins au pays. Tous les opportunistes politiques qui souhaitent bien revenir au pouvoir par tous les moyens sauf par les élections, reprendront les slogans d’hier : Transition sans Félix TSHISEKEDI ou Gouvernement de Transition" poursuit-il avant de décrier :

"Le pays a trop souffert de tout ceci sous le régime du Président KABILA, on ne veut plus en entendre parler. C’est une situation qui déstabilisera le pays et les institutions.
Les politiciens sont appelés à nous épargner de tout ça. Le peuple est fatigué de revivre les mêmes scènes. Le pays doit avancer" conclut-il.

Rappel des faits :

Dans une interview à Jeune Afrique, le président Félix Tshisekedi n'a pas exclut la possibilité de repousser l'organisation des élections en 2023.

" Ce que je peux vous garantir, c’est que je souhaite les élections le plus transparentes possible et que nous allons régler les problèmes de la CENI. Mais ce sont ses membres qui vont nous dire si les délais pourront être tenus ou non. S’ils sont respectés, tant mieux. S’ils ne le sont pas, tout le monde le verra et s’accordera sur la suite" disait-il.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *