RDC/Élection 2023: Félix Tshisekedi appelé à quitter le pouvoir

Félix Tshisekedi, Ph. présidence

Le président du Parti Politique « Nkita » exige la tenue des élections en 2023 ainsi que le départ de l'actuel président de la république Félix Tshisekedi à la fin de son mandat.

Au cours de la matinée politique tenue le dimanche 19 septembre, le Président dudit parti Jerry Lubala a mobilisé sa base pour les élections à venir, mais aussi installer le secrétariat exécutif provincial de Kinshasa.

Dans son speech sur la situation politique du pays, il été très direct envers le Président de la République Félix Tshisekedi, en décriant sa gestion qu’il estime présenter ses limites. »

« En décembre, si nous voyons que rien n’est fait, nous allons marcher pour exiger les élections en 2023. Notre souffrance finira quand monsieur Tshisekedi quittera le pouvoir. Parce qu’il témoigne des limites dans sa gestion. » a-t-il lâché devant les militants qui ont réagi avec des acclamations.

Poursuivant son discours, Jerry Lubala a renchéri que « de la même manière nous l' avons élu en 2018, nous allons l' enlever au pouvoir en 2023 . » s’est-il adressé au 5eme président de la RDC.

« Même les confessions religieuses sont entrées dans ce jeu là. Ils veulent glisser pour organiser les élections en 2024_. » s’en est-il aussi pris aux hommes de Dieu qui traînent dans leur mandant de désigner le prochain président de la CENI.

Pour lui, « _Nkita ne fait pas partie de l’Union sacrée car la situation sociale inquiète. Chacun d’entre vous sait dans quelles conditions il vit…si vous vivez c’est grâce à Dieu parce que la majorité de la population vit comme les animaux. On leur a donné la chance d’être au pouvoir en 2018 et jusqu’à présent, ils présentent leurs limites. Aller nous unir avec eux, c’est comme si j’allais vendre les congolais que nous sommes. Je ne peux pas aller me mélanger avec ceux qui n’ont pas le souci des congolais…» a-t-il conclu.

Signalons que ce Parti Politique compte organiser une marche pacifique très incessamment pour exiger les droits sociaux des congolais notamment l’électricité, de l’eau potable, les routes et bien d’autres besoins, contrairement à d’autres courants politiques qui ne visent que les intérêts politiques.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *