RDC/Échecs diplomatiques en répétition : Christophe Lutundula, pourra-t-il convaincre les députés nationaux ?

Christophe Lutundula Apala, VPM des Aff Étrangères. Ph de tiers.

Malgré sa bonne volonté de remettre le pays sur la bonne voie diplomatique, Félix Tshisekedi est toujours trahi par ses choix qui remettent encore le pays en arrière. C’est le cas de la diplomatie congolaise qui, sous l’ère Lutundula, peine à sortir de sa léthargie kabiliste.

En effet, à la nomination de Christophe Lutundula à la vice-primature en charge des Affaires étrangères, les Congolais du monde entier ont espéré un changement remarquable sur leur diplomatie. Hélas.

Double échec contre le Gabon

Tenez, la diplomatie congolaise sous l’ère Lutundula va d’échecs en échecs. Contre le Gabon, le pays de Félix Tshisekedi, malgré son forcing, jette l’éponge à quelques jours de l’élection au siège de membre non permanent réservé à l’Afrique centrale. Le Gabon, candidat pourtant soutenu par l’UA en marge de la 38e session ordinaire de son Conseil exécutif, tenue les 6 et 7 février 2021 à Addis-abeba (Ethiopie), remporte la bataille.

Ce désistement congolais va constituer la deuxième victoire diplomatique de Libreville contre Kinshasa en l’espace de quelques mois. L’on se souvient, en effet, que sur le plan sportif, une affaire de « fausse identité » a opposé quelques semaines avant, la Fédération congolaise de football association (Fécofa) à la Fédération gabonaise de football (Fégafoot). La RDC qui avait porté l’affaire devant la Confédération africaine de football (CAF) accusait le joueur gabonais Kanga Guelor d’avoir menti sur son identité et demandait la disqualification du Gabon pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations, prévue au Cameroun en 2022. Mais, malgré les arguments de la RDC, la CAF a rejeté sa plainte. Et tout ceci, sous l'œil impuissant de celui à qui, Félix Tshisekedi a confié la diplomatie, à savoir Christophe LUTUNDULA.

Secrétariat de la SADC, énième échec

L’intense lobbying congolais pour l’élection de son candidat à la tête de la SADC a prouvé ses faiblesses. Une mission, dirigée par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a quitté Kinshasa dans la soirée du 8 juin. Composée notamment du candidat Faustin Luanga, du ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, du coordonnateur du mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, Claude Ibalanky, et d’une équipe d’experts, la délégation gouvernementale se rendra auprès des cinq pays membres du jury : le Mozambique, la Tanzanie, le Malawi, l’Eswatini et l’Angola. Au finish, Faustin Luanga n’a pas réussi à conquérir le secrétariat exécutif de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). C’est le botwanais Elias Magosi qui remplace la tanzanienne Stergomena Lawrence Tax. Un nouvel échec qui n’honorent pas les espoirs placés sur Christophe Lutundula.

Affaire déchets toxiques angolais dans les eaux congolaises

Les riverains des rivières Kasaï et Tshikapa passent des moments cauchemardesques, suite à la pollution des eaux de ces cours d’eaux dont l’origine est angolaise. En effet, une usine angolaise a pu déverser les déchets toxiques d’une mine dans la rivière Tshikapa qui déverse ses eaux dans la rivière Kasaï.

Conséquences directes, décès de plusieurs animaux aquatiques dont les poissons, mais aussi des maladies diarrhéiques à toute la population qui a consommé ces poissons.

Une situation qui pousserait le ministre des Affaires étrangères congolais, de convoquer dans un premier temps l’ambassadeur angolais à Kinshasa pour en savoir plus, car la vie des Congolais et l'écosystème des régions traversées par ces rivières en dépend. Là encore, la diplomatie congolaise brille par son silence. Bien que, le président Tshisekedi a, lors du conseil des ministres du 13 aout, instruit le VPM aux Affaires étrangères, Christophe Lutundula, de prendre les dispositions nécessaires en vue d’obtenir des explications auprès de l’Ambassadeur de l’Angola accrédité en RDC en ce qui concerne la survenance de cette situation et d’envisager la réparation des préjudices causées.

L’assemblée nationale interpelle

Compte tenu de ce qui précède, le député national, Célestin Engelemba, a adressé une question orale avec débat au Vice-premier ministre des affaires étrangères Christophe Lutundula, afin que ce dernier explique cette « humiliation » devant la représentation nationale.

« Ça fait un temps, j'observe comme parlementaire que le congolais n'est pas respecté d'abord par les pays voisins, la RDC n'est pas respectée par les pays voisins, le traitement réservé au congolais n'est pas équitable. Je vois le Congo Brazzaville qui a expulsé les congolais comme des chiens, je vois l'Angola faire autant, l'Ouganda, le Burundi, le Rwanda pour ne dire que ça. Depuis l'année passée, vous avez vu ce qui s’est passé en Inde, on a tué une dame (congolaise) comme une chienne, aujourd'hui c'est un étudiant qui a été battu comme un serpent devant tout le monde », a expliqué l’élu de Tshuapa après le dépôt de son initiative parlementaire au bureau de l'Assemblée nationale.

Un problème diplomatique ?

Le député national, Célestin Engelemba parle quant à lui d’un « problème diplomatique » de la part de la RDC, évoquant la problématique de la pollution de la rivière Kasaï.

« La rivière Kasaï a été polluée par les matières toxiques qui viennent de l'Angola et vous ne sentez pas que le gouvernement se fâche (…) alors cette hospitalité congolaise commence à devenir un peu difficile à comprendre, ça entache même la personnalité de notre État », a déploré cet élu qui dit inviter Lutundula « pour qu'il vienne nous dire qu'est-ce qui se passe et quelles sont les mesures durables qu'on a décidées pour que ces choses ne puissent pas se répéter ».

Pour chuter, l’élu de la Tshuapa a indiqué que « c’est une humiliation pour la RDC parce que nous ne sommes pas en train de répondre à toutes les attaques avec forces. C’est comme si on est en train de continuer à caresser le mal ».

Devant les élus du peuple, le Vice-premier ministre en charge des Affaires Etrangères, Christophe LUTUNDULA, devra expliquer et convaincre les représentants du peuple congolais sur sa politique diplomatique du gouvernement des Warriors.

Ne dit-on pas que la diplomatie, c'est de donner des coups de pieds au derrière des gens en leur serrant la main avec un bon sourire ?

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *