RDC : « EBANGA », nouveau médicament du docteur Muyembe contre Ebola

 

République démocratique du Congo (RDC) a un nouveau médicament contre la maladie à virus Ebola. Il a été présenté le jeudi dernier par le ministre congolais de la Recherche scientifique, José Mpanda.

« Le monde scientifique est honoré de la découverte par l’équipe du professeur Jean-Jaques Muyembe d’un nouveau médicament spécifique pour le traitement de la maladie à virus Ebola », a déclaré le ministre José Mpanda lors d’une cérémonie officielle à Kinshasa.

Fruit des efforts scientifiques du Docteur Jean-Jacques Muyembe, à travers le front contre la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC) et dans le monde, ce médicament contre Ebola qui a déjà frappé le pays douze fois et a déjà sévi en Afrique de l’ouest, n’est pas un vaccin mais un anticorps monoclonal humain, a expliqué le virologue Muyembe.

« Le produit EBANGA, est un anticorps monoclonal humain. Il ne s'agit pas d'un vaccin », a précisé le directeur de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB).

Et d’ajouter :

« EBANGA n’aura pas une valeur commerciale comme tel, il ne sera d’ailleurs pas vendu au grand public, c’est un médicament pour une maladie rare ».

Le directeur de l’INRB a aussi indiqué que la tâche n’a pas été facile pour arriver à cette issue heureuse. « Faire adopter nos théories n’a pas été chose aisée car nos partenaires n’y croyaient pas. Il nous a fallu batailler ferme, en RDC mais aussi en 2016 en Afrique de l’ouest, avec moins de succès, jusqu’à ce que nous avons trouvé un malade sur qui nous avons prélevé du sang. Et nous sommes enfin arrivés à un succès ».

Jean-Jacques Muyembe a, en outre, annoncé que son médicament sera disponible à Genève (au siège de l’OMS) et à l’INRB « pour que nous puissions intervenir directement en cas d’épidémie ». Avant de préciser qu’EBANGA « se prend en une dose ».

Par ailleurs, le ministre José Mpanda a précisé que ce médicament « a été évalué dans un essai clinique (dit PALM) dirigé par les National Institutes of Health des USA et l’Institut national de recherches biomédicales (INRB), avec la contribution de plusieurs autres organisations et agences internationales ».

Approuvé par la FDA américaine, « EBANGA bloque la liaison du virus au récepteur cellulaire, empêchant son entrée dans la cellule », a ajouté le ministre de la Recherche scientifique, José Mpanda.

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *