RDC/Dossier RAM : cherchant à sauver Kibasa, la messe noire des élus de l'Union sacré finit en queue de poisson

Les députés membres de l'Union sacrée.

Il était 23 heures de Kinshasa, lorsque les députés membres de l'Union sacrée ont fini leur réunion de "sauvetage RAM".

Croyant mettre fin au règne de Kibassa à la tête du ministère des PT-NTIC, les détracteurs de ce-dernier se sont trompés car les membres de sa famille politique, l'Union sacrée, ne cessent de multiplier les stratagèmes pour garder à la tête du ministère un de leur. Ce, malgré les réclamations de la pauvre population sur la taxe RAM qu'il a mis en œuvre.

Attendu à deux reprises à l'assemblée nationale pour répondre aux préoccupations des députés nationaux qui l'attendaient à pied ferme, le bureau de la chambre basse du parlement, dirigé par Christophe Mboso N'kodia, un fervent partisan de l'Union sacrée, annoncera à deux reprises, le report de l'audtion du ministre Kibassa.

Coincés par les élus FCC, c'est finalement le lundi tard dans la nuit, que les unionistes se sont retrouvés à l'hôtel du fleuve Congo à Kinshasa, "pour sauver Monsieur RAM".

"Au cours de cette réunion politique présidée par le président a.i du parti présidentiel Kabund et Mboso Nkodia, les députés membres de l’US ont été caressés dans le sens du poil à temporiser l’affaire RAM en cours à l’assemblée nationale et sauver Kibassa de son poste du Ministre de PT-NTIC au nom de la solidarité", note une source crédible.

Ne dit-on pas qu'on ne se moque pas d'un peuple ? Malheureusement, la messe noire a finit en queue de poisson.

"Contre toute attente, ces députés dont la plupart ont été floués, selon leurs dires, ont refusé de cautionner cette farce et escroquerie RAM à ciel ouvert. Certains parmi eux qui se sont confiés à la presse après la réunion tendue et mouvementée dans tous les sens à l’Hôtel du Fleuve, considèrent désormais que la coalition estampillée Union Sacrée manque cruellement à l’essentiel", poursuit la même source.

Notez que le Ministre des Postes, Télécommunication, et Nouvelle Technologie de l’Information et de la Communication (PTNTIC), Augustin Kibasa et le Président du collège des conseillers de l’Autorité de Régulation de Poste et des Télécommunication du Congo (ARPTC) Katende Mukinayi avaient également pris part à ladite réunion.

"Mais les Députés n’ont même pas accepté que ces derniers prennent la parole pour expliquer quoi que ce soit. Et c'est donc tard vers 23 heures passées que la réunion a pris fin sans le moindre compromis", conclu ladite source.

Dossier à suivre !

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *