RDC: "Dix choses que le Président ne dira pas, peut-être", selon Magloire Paluku

Felix Tshisekedi, président de la République Démocratique du Congo . Ph. Présidence

Dans sa nouvelle réflexion sur la situation politique qui défraie la chronique en République Démocratique du Congo, le journaliste Magloire Paluku reste convaincu que le président de la République ne dira pas, peut-être, les dix choses dans son discours "historique sans polémique".

Voici ces dix choses:

  1. Le Président de la république pourrait ne pas dire que la RDC entre dans la Cinquième république. Le contexte n'est pas de la rébellion comme à l’époque de Mzee Laurent-Désiré Kabila qui, en 1997 décida de mettre fin à la troisième république de Mobutu.
  2. Le Président de la république pourrait ne pas exiger au premier ministre de démissionner. Ladite démission se fait sur demande et proposition que le concerné doit accepter et appliquer. Si ça sera le cas, c'est une autre négociation avec l’autorité morale du FCC.
  3. Le Président de la république pourrait ne pas dissoudre l’assemblée nationale. Le gouvernement n'est pas en conflit avec elle.
  4. Le Président de la république pourrait ne pas dire qu'il met fin à l’accord secret le liant avec Joseph Kabila. Prendre le peuple pour témoin d'une close qu'il ignore, depuis sa secrète négociation, serait ouvrir une boîte à Pandore et faire révéler ce que le commun de mortel n'est pas obligé de savoir.
  5. Le Président de la république Félix TSHISEKEDI pourrait ne pas dire, si il a appelé Joseph Kabila avant de terminer l’écriture de son discours. Toute tournure, toute surprise, tout changement de fond dans le speech du chef de l’État a, sûrement eu des pesanteurs centrifuges et centripètes avec des retombées diplomatiques.
  6. Le Président de la république pourrait ne pas parler des questions sécuritaires. Avec le meeting aérien dernier et la rencontre avec les chefs militaires et ceux de la police ; il a eu une assurance certaine.
  7. Le Président de la république pourrait ne pas parler de la requalification de la majorité parlementaire. Il sera très prudent en jouant sur la séparation des pouvoirs. Le dossier sur le débauchage de certains députés est aussi loin du prestige du chef de l’Etat et de la valeur morale de sa personne comme institution.
  8. Le Président de la république pourrait ne pas parler des négociations secrètes des diplomates, des Nations-Unies et missions prophétiques de l’église catholique et protestante. Toute décision qu'il va prendre va ouvrir une porte aux dialogues et conciliabules.
  9. Le Président de la république pourrait ne pas parler du contenu réel de l’accord créant la coalition FCC-CACH. C'est le secret de l’après élection qu'il ne faut pas dénaturer.
  10. Le Président de la république pourrait ne pas parler de la libération de Vital Kamerhe ou de son évacuation à l’étranger pour des soins appropriés. Il n'y a que la grâce présidentielle qui aura un caractère de réconciliation avec son récent passé.

En rappel, le président Félix Tshisekedi s'adressera à la nation, sauf changement, ce dimanche 6 décembre 2020 faisant suite à ses consultations initiées il y a peu. Son discours sera prononcé dans un contexte politique caractérisé par une crise persistante entre le FCC-CACH, la coalition au pouvoir.

Dieubon Mughenze