RDC-Détournement de fonds : « Je veux voir un autre procès » Jean-Marc Kabund

Jean-Marc Kabund A Kabund, président intérimaire de l'UDPS/ photo tiers

Le premier vice-président de l’Assemblée Nationale et Président ad intérim de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) Jean-Marc Kabund-A-Kabund appelle les députés nationaux à auditionner la gestion du projet de construction de 350 écoles, entaché d’un probable détournement des fonds.

C’est ce qu’il a fait savoir dans son speech ce samedi 2 octobre au cours de la cérémonie inaugurale de deux bâtiments, installations sanitaires, forages et mur de clôture qu’il a doté sur fond propre, d’un montant de 350 000 USD pour venir au secours de cet établissement scolaire de l’EP 1 et 2 Bikanga en voie de disparition. 

« Lors d’un échange, j’ai dit à un dirigeant de ce pays que ces bâtiments ont été construites à 350 000 USD, il s’est étonné. Il m’a rappelé qu’il existe un projet de construction de 350 écoles », a-t-il dit.

Jean-Marc Kabund s’indigne sur le fait que ce projet consiste à construire des écoles préfabriquées pour un montant de 450 000 USD pour seulement un bâtiment contenant 6 salles de classe, alors que l’ouvrage qu’il vient de financer est évalué à 350 000 USD avec un bâtiment bien plus grand avec 12 salles d’une superficie d’environ 60 mètres carré par salle. « C’est de cette façon que nous allons soutenir la vision du Chef de l’État ? Quand j’ai fait des calculs, le peuple congolais va perdre plusieurs millions dans ce projet. C’est quel type des sociétés que nous voulons construire ? », s’est-il interrogé.

Aux députés nationaux présents à cette cérémonie, « n’attendez pas que l’IGF tombe sur le dossier pour que vous disiez qu’il tombe sur tous les dossiers. Voilà un élément que vous devez vous en occuper. C’est incroyable », s’indigne le premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Pour lui, le fait que ce projet là qui n’atteint pas le 50% de ce qui est fait à Kisenso, puisse coûter plus cher, accrédite sa thèse de « détournement intellectuel. » « _Derrière des contrats publics, certains dirigeants n’ont pas tiré les leçons les procès qui se sont passé dans ce pays et continuent à voler l’état à travers des contrats qu’ils ont le pouvoir de signer au nom de la République. Il faut que les députés mettent leurs nez là-bas pour qu’on tire les choses au clair », martèle l’élu du Mont-Amba.

Si les conclusions confirment bel et bien un détournement, JM Kabund exige un procès public. « Je veux voir un autre procès. Les gens diront que Kabund accuse toujours les autres. Mais quel type de société nous voulons construire ? Pauvre ? Et des individus qui se permettent de voler des millions et nous nous allons nous taire ? », a-t-il questionné la foule autour de lui.

« Construisons ensemble une société juste et équitable, basé sur le partage et la solidarité. Le Chef de l’état a besoin d’une classe politique qui prend conscience que ce pays, c'est tout ce que nous léguerons aux générations futures parce que ceux qui ont géré Kinshasa en 1960 ne sont plus. Tout ce que nous ferons de bien pour ce peuple restera gravé dans la mémoire de cette population et cette ville. Je vous demande d’en faire bon usage et de correspondre la qualité de l’enseignement à la qualité de cet ouvrage », a-t-il conclu.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *