RDC : des morts en cascade au Kasaï Central, découvrez la cause

Un cimetière de Bergame, ville du nord de l’Italie, très touchée par la première vague de l’épidémie. Photo prise le 19 mai 2020. Photo by Piero CRUCIATTI / AFP

Plusieurs décès enregistrés depuis mi-août dans la province du Kasaï Central dus aux catastrophes naturelles et humaines depuis la reprise des pluies.

Annonce faite ce mardi à élection.net par le coordonnateur provincial de la Protection civile lors d'un entretien. Martin Matanga souligne que la saison des pluies en cours s'annonce catastrophique pour le Kasaï Central. En dehors des désastres et calamités constatés diversement à travers la province, le nombre de décès par foudroiement grimpe contrairement aux autres saisons. Il note l'agrandissement d'une centaine de têtes d’érosions à Kananga et ses environs suite aux constructions anarchiques en vogue, l'incendie d'une trentaine de cases à Kazumba suite au conflit coutumier et plus de 50 dans le territoire de Dimbelenge.

Par ailleurs, quatre jeunes hommes ont été foudroyés dans le village Shambuyi près de Masuika dans le territoire de Luiza, sous la pluie diluvienne qui s'est abattue dans la soirée du vendredi 01 octobre 2021 dans cette partie.

A l'en croire, plusieurs maisons anarchiquement construites de ce côté se sont écoulées et la toiture du dépôt de l'organisme NRC a été emportée par le vent violent.

Un jour plus tard soit le dimanche 03 octobre, Martin Matanga révèle que son service a enregistré la mort de quatre membres d'une même famille dans la localité Katoka4(Tshilumba) après les coups mystiques de la foudre sous la pluie.

" Nous avons enregistré plusieurs cas de catastrophes naturelles et celles dûes à l'homme à Kalamba-Mbuji(Luiza) et aussi à Dimbelenge où il y a la destruction des maisons d'habitation. À Luiza et à Kananga, il y a des décès. Il n'y avait ni conflits ni maladies, mais parce qu'il y a eu pluie. Pourquoi tout ceci ?" s'interroge-t-il. Et d'ajouter : "Parce que la population ne respecte pas les normes urbanistiques, on construit par-ci par-là. Surtout les mauvais comportements qu'a notre population qui ne veut pas régler à l'amiable des différends. On foudroie lorsqu'il y a des conflits qui devraient être négociés. Ça ne sert à rien de recourir aux fétiches ni à la justice, c'est possible de trouver solution entre nous. Semble-t-il à Katoka, c'est à cause d'un vol d'un bassin, qu'une maman et ses enfants ont été foudroyés "

Devant ce mystère, il invite le chef de l'exécutif provincial du Kasaï Central et aux différents partenaires de la RDC à s'activer pour la sensibilisation des communautés kasaiennes sur la cohabitation pacifique.

" Jusqu'aujourd'hui on n'a pas fait quelque-chose comme mesures d'accompagnement des victimes, mais nous sommes en train de discuter avec les bailleurs. Voilà pourquoi nous sollicitons l'appui de l'autorité provinciale afin que nous puissions constituer une commission de sensibilisation de sensibilisation de nos frères et sœurs parce que quand les gens s'entretuent, c'est la province qui perd" déclare-t-il.

Jean Claude Shamois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *