RDC/Dépolitisation de la Céni : le siège de la CENCO assiégé par la jeunesse de Lamuka

La jeunesse de Lamuka devant le siège de la CENCO. Ph de tiers.

La jeunesse de la coalition Lamuka a assiégé ce mardi 27 juillet le siège de la CENCO où devrait être désigné le futur président de la CENI.

Dans le mémorandum de ces jeunes remis à l’abbé Donatien Nshole, porte-parole des confessions religieuses, qui se réunissent ce jour pour examiner chacun des dossiers de candidature pour la présidence et une place à la plénière de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ils persistent et signent sur la dépolitisation de la commission électorale nationale indépendante. Cette jeunesse appelle également les chefs des confessions religieuses à ne pas envoyer leurs délégués dans cette CENI qu’elle qualifie de « politisée à outrance ».

« La jeunesse de Lamuka constate que le processus ayant conduit à la promulgation de la loi sur la CENI souffre non seulement d'une absence de consensus des parties prenantes, mais aussi se caractérise par des menaces et intimidations sur les chefs des confessions religieuses en vue d'imposer le choix du pouvoir en place. La jeunesse de Lamuka relève que la politisation de la CENI est de nature à préparer le lit de la fraude et à tuer la démocratie dans notre pays. La jeunesse de Lamuka demeure convaincue que les confessions religieuses ne sont prêtes à accompagner une forfaiture de trop qui va de nouveau plonger le pays dans une nouvelle crise de légitimité. Elle exhorte les chefs des confessions religieuses de n'envoyer aucun membre dans une CENI politisée à outrance au risque d’être complice », peut-on lire dans le mémorandum.

Et d'ajouter :

« La jeunesse de Lamuka demande, par conséquent, aux confessions religieuses de soutenir la recherche d'un consensus entre parties prenantes autour des réformes institutionnelles impératives en vue de la tenue des élections impartiales, crédibles et apaisées ».

Par ailleurs, selon les dernières informations, les travaux du secrétariat technique ont déjà pris fin. Et l’abbé Nshole n’a pas voulu donner de précision sur le nombre de candidats présélectionnés.

“Nous devons en faire rapport à la plénière”, a déclaré le prélat catholique.

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *