RDC/Covid-19 : Un nouveau centre de prélèvement massif et volontaire voit le jour à Kinshasa

Centre de prélèvement massif/covid19, Kinshasa, 27.05.2020.©Liévin LUZOLO/Election-net

Le premier centre de prélèvement et dépistage massif volontaire de la RDC a vu le jour ce mardi 26 mai à Kinshasa au stade de martyrs de la pentecôte. C’est la ministre de la santé, le Dr Eteni Longondo qui a procédé au l’ouverture de ce centre qui a pour but de décentraliser le prélèvement en renforçant les dispositifs de détection des cas de la covid-19 en vue d’une prise en charge médicale des personnes infectées et de la protection de celles qui sont exposées.

Les prestataires de sante au Centre de prélèvement massif de la Covid-19 au Stade de Martyrs de Kinshasa/RDC.

La mise en place de ce centre est le fruit du partenariat entre l’ONG israélienne Magen David Adom, membre de la croix rouge internationale et l’Etat congolais. Ce, dans le but de répondre aux besoins logistiques exprimés par le secrétariat technique du comité multisectoriel de la riposte contre la covid19.

« Cette structure qui a été mise en place au niveau du stade des Martyrs, c’est un outil supplémentaire pour améliorer le temps de prélèvement et faire en sorte que les personnes qui ont difficile de pouvoir accéder au dépistage, puissent passer ici. Dès que vous arrivez à ce centre, toutes les données sont déjà là. On fera votre prélèvement et les résultats seront rendus et vous seront communiqués après quelques jours », a indiqué à election-net.com, le secrétaire général au ministère de la santé avant d’appeler les kinoises et kinois de se faire dépister massivement pour stopper la propagation du virus dans la capitale.

Il sied de signaler que ce nouveau centre, depuis sa mise en place ne connait pas encore d’engouement de la population kinoise. Contactés par election-net.com, quelques habitants, voisins du stade des martyrs où se trouve le centre pense que la nouvelle n’a pas du tout été relayée comme il faut au niveau de la population. D’autres par contre, ont indiqué qu’ils ne sont pas prêts à connaître état sérologique de peur de se voir faire l’objet de la discrimination dans la société.

Liévin LUZOLO