RDC/Contrat Sino-Congolais : la Sicomines brise le silence sur les troublantes révélations de l'ITIE

Barrière principale de l'entreprise Sicomines (Ph. Enet/Stanislas L)

L’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) recommande dans un rapport provisoire de renégocier la convention à l’origine de la création de la Sicomines, cette joint-venture sino-congolaise en 2008. Car ce qui était annoncé à l’époque comme le contrat du siècle ( six milliards de dollars de prêt contre des matières premières ) constituerait en fait « un préjudice sans précédent dans l’histoire du Congo ».

Parmi les principales accusations de ce rapport, l’existence d’un avenant secret signé en 2017, qui permet de reverser des dividendes aux actionnaires de la joint-venture. Ce qui est contraire à ce qui avait été toujours annoncé, à savoir que les premiers bénéfices devaient servir à rembourser les prêts.

Mais pour un officiel Chinois de la Sicomines qui s'est confié à RFI, il est faux de dire que cet avenant était caché puisqu’il y a eu consensus entre les deux parties, chinoise comme congolaise, et que seule une petite partie des bénéfices devait être distribuée, l’essentiel servant au remboursement des prêts.

L’État congolais n’avait obtenu que 36% des parts de la Sicomines, tout en apportant l’essentiel des actifs sous forme de gisements miniers et en assurant une exonération totale de la joint-venture sino-congolaise. Mais pour cet officiel de la Sicomines, tous ces avantages s’expliquent par le prêt de 6 milliards de dollars consenti par la Chine.

Il assure aussi que 43 projets auraient été menés à bien, notamment dans la capitale. Alors que l’ITIE estime que de nombreux projets qui avaient été identifiés comme prioritaires n’ont jamais été réalisés.

Election-net.com/RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *