RDC/Consensus électoral : « une envie malicieuse de favoriser un glissement électoral », Carlos Kabwemunze

Le coordonnateur de COJECOP. Ph de tiers

L’initiative des 12 personnalités politiques et de la société civile de travailler autour d’un consensus électoral en vue des élections à venir apaisées, ne cesse d’enregistrer les réactions. Si pour les uns, elle à louer, pour les autres, cette initiative tend à favoriser le glissement électoral.

Dans une déclaration faite ce lundi 10 août 2020, le Collectif des Jeunes Consciencieux et Patriotes (COJECOP), une organisation de jeunesse s’inscrit en faux et dénonce une main noire des « officines impérialistes » en vue de glisser.

 « Une volonté obscure qui tente de s’illustrer à travers les initiatives tendant à nuire à la bonne marche du pays et à faciliter un glissement  du calendrier électoral mais aussi une main noire des officines occidentale qui s’observe sous cette initiative. Comment dans un pays où toutes les institutions sont en place, on évoque un dialogue au sujet de la Céni, matière qui relève pourtant des institutions établie ? Cette volonté d’organiser des concertations nationales démontre   envie malicieuse de favoriser un glissement au calendrier électoral. Cela représente un véritable recul à la démocratie congolaise », a dit Carlos Kabwemunze, coordonnateur de ce collectif.

Selon ce groupe de la jeunesse, l’heure est à l’instauration de la paix à l’Est, à développer l’économie nationale et non à des dialogues qui ne profiterait qu’à un groupe d’individus. Si Dialogue il y a, cela doit être pour la paix à l’est et pour l’amélioration des conditions de vie de la population. Et ce, dans un cadre institutionnel.

Liévin LUZOLO