RDC: “Comment un enseignant peut-il vivre avec 10.000 Fc ? ” Abbé Nshole s’interroge sur la gratuité de l’enseignement

Monsieur l'abbé Donatien Nshole ,secrétaire général de la CENCO

Le Secrétaire général de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, CENCO, M. l’abbé Donatien Nshole, a fait mercredi 13 janvier, une mise au point sur la gratuité de l’enseignement de base en République Démocratique du Congo.

Au-delà de toutes les accusations dont font face les prélats catholiques, notamment le sabotage de ladite gratuité, Donatien Nshole a fait savoir que beaucoup de problèmes majeurs n’ont pas été résolus par le ministère de tutelle. Ce, entre autres le salaire des enseignants, les frais de fonctionnements, etc…

« Les écoles conventionnées catholiques ne se sont donc pas comportées de manière à saboter la disposition constitutionnelle de la gratuité de l’enseignement de base. Bien au contraire, elles ont essayé de trouver, désespérément, des solutions locales face aux problèmes non résolus par le ministère de tutelle au point de cautionner certaines injustices pour sauver la politique de la gratuité, notamment la ponction des frais de fonctionnement déjà modiques et le fait de faire travailler les élèves pour l’autofinancement. Encore que les résultats de ces solutions injustes n’en sont pas une. Comment un enseignant peut-il vivre avec 10.000Fc, soit 5$ mensuellement ? » a-t-il déclaré.

Le parte-parole des évêques ajoute en ferme :

« Seul 1,2% des écoles des grandes villes où les parents sont amenés à contribuer pour la scolarité de leurs enfants. La CENCO considère que c’est une désobéissance qu’il ne faut pas encourager mais il faut aussi gérer avec humanité considérant la condition de ces enseignants et les conséquences de manque d’une solution adéquate », a-t-il conclu.

Rappelons que la gratuité de l’enseignement de base est une mesure garantie par la Constitution de la RDC dans le but de décharger les parents de certaines dépenses.

Kivin Arsène Bile