RDC: "Comment le PG près la cour constitutionnelle est devenu président a.i du Conseil Supérieur de la Magistrature ?", s’interroge Théodore Ngoy

Jean-Paul Mukolo Nkolesha président ad intérim du conseil supérieur de la Magistrature, et procureur près la cour Constitutionnelle

Théodore Ngoyi, candidat malheureux à l'élection de 2018, trouve aberrant la confusion qui règne dans l'appareil judiciaire congolais.

Pour lui, le juge qui assume l’intérim du président de la cour constitutionnelle devrait également présider le Conseil Supérieur de la Magistrature, et non  le Procureur Général près la cour constitutionnelle, tel que cela a été fait, en marge de la rentrée judiciaire.

"Comment le Procureur Général près la cour constitutionnelle est devenu président ad intérim du Conseil Supérieur de la  Magistrature ?" s'interroge-t-il  interrogé sur la télé 50 lors d’une emission

" Je ne sais pas pourquoi, il n'est pas le président a.i du conseil supérieur de la Magistrature. Je ne comprends pas. Le président de la cour constitutionnelle,  c'est lui qui préside, c'est n'est pas le PG près la cour constitutionnelle qui préside. Il est la deuxième personnalité. Il est président a.i du CSM en vertu de quoi ? Il y'a un président a.i qui engage la cour constitutionnelle,qui pose tous les actes pour la cour constitutionnelle. Le président du conseil supérieur, c'est le président de la cour constitutionnelle. Donc c'est lui qui est en même temps président de la cour constitutionnelle qui va assumer l'intérim au conseil supérieur de la magistrature" explique-t-il.

Pour appuyer son argumentaire, Théodore Ngoyi rappelle la composition du conseil supérieur de la magistrature.

" le conseil supérieur de la magistrature est l'organe de la gestion du pouvoir judiciaire.(...) est composé du président de la cour constitutionnelle, du procureur général près la cour constitutionnelle qui est donc la deuxième personnalité" rappelle-t-il.

Joël Mesa Nzuzi