RDC : ces révélations de Willy Mishiki sur les entreprises publiques

Willy Mishiki

Le président de l'Union nationale des nationalistes (UNANA), Willy Mishiki, était l'invité d'election-net.com le jeudi 11 novembre 2021. La question de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), était à l'ordre du jour.

Willy Mishiki regrette que les entreprises publiques peinent à matérialiser la vision du président de la RDC Félix Tshisekedi.

"Ça nous énerve de voir que la vision du chef de l'État, qui est basée sur un slogan court, le peuple d'abord, cette vision-là, n'est pas traduite en acte. Dans chaque bulletin de paye d'un salarié, il y a une rubrique qui s'appelle cotisation sociale, c'est pour que lorsque demain nous allons être improductif, nous pouvons continuer à avoir le minimum qui nous permettrait de pouvoir réunir le deux bouts du mois. Et ça, c'est le véritable social", explique Willy Mishiki avant de s'apprendre aux entreprises de l'État qui sont saignées à blanc par les mandataires publics :

"Les entreprises publiques de l'état aujourd'hui et établissements publics, doivent à la CNSS, 544 milliards de francs Congolais donc plus de 250 millions de dollars, et c'est ça en 2015. Aujourd'hui je crois qu'on peut aller au-delà de 300 à 350 millions de dollars. Cet argent-là a été perçu par l'employeur comme SCTP, mais l'employeur ne paye pas à la CNSS, c'est un détournement. Et c'est une situation que l'on a vécu pendant presque 18 ans depuis le règne de Kabila. Les chefs d'entreprises sont en train de saigner les entreprises à blanc", a-t-il déclaré lors d'une interview accordée à election-net.com.

Et de poursuivre :

"Rien que la Gécamines (Générale des Carrières et des Mines) seule, elle doit plus de 89 millions de dollars à la CNSS et ça, c'est en 2015. Donc aujourd'hui c'est plus de 100 millions. Il y a une escroquerie qui est opérée auprès des employeurs et surtout des employeurs étatiques et c'est inacceptable".

Joël Mesa Nzuzi

1 thought on “RDC : ces révélations de Willy Mishiki sur les entreprises publiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *